Londres rend hommage au photographe de mode Guy Bourdin

guy-bourdin-somerset-house-image-maker-retrospective

Arrêt sur image sur l’oeuvre de Guy Bourdin dans l’expo du Somerset House

Actuellement, les œuvres du photographe de mode Guy Bourdin sont mises à l’honneur dans l’exposition londonienne « Image Maker » au Somerset House qui nous fait (re)découvrir l’intégralité du travail de l’artiste, du 27 novembre dernier au 15 mars prochain.

Guy Bourdin est né en 1928 à Paris. Dès son plus jeune âge, l’art l’attire et il explore la peinture. Paul Wagner disait de lui : « Il peint en photographiant » ; à tel point que durant son service militaire, cet artiste d’un nouveau genre se familiarise avec la photographie.

A l’âge de 27 ans, Guy Bourdin rencontre la rédactrice en chef ajointe de Vogue Paris, Edmonde Charles-Roux, et lui présente son travail. C’est indéniable, les œuvres du photographes sont en complet contraste avec l’âme du magazine mais la qualité exceptionnelle de ses photographies est, néanmoins, tout aussi incontestable – et Vogue Paris lui déroule le tapis rouge en 1955 .

guy-bourdin-somerset-house-image-maker-retrospective

En 1967, il réalise sa première série pour Harper’s Bazaar et ses images seront publiées dans le magazine Photo. Il travaille pour la première fois pour Vogue Italia en 1972, puis pour le Vogue britannique en 1974.

Ce faiseur d’image est un pionnier dans son domaine, il révolutionne la photographie de mode et la publicité du luxe. Il fonde sa réputation sur ces deux domaines. Durant sa carrière, Guy Bourdin bouleverse les codes de la photographie de la publicité de luxe : dans ses oeuvres, le produit devient secondaire à l’image, un accessoire de mise en scène, un petit plus. Visuellement, chacune de ses photographies raconte une histoire qui lui est propre – une histoire troublante, énigmatique et mystérieuse où le produit trouve sa juste place, sublimé par une composition unique. Guy Bourdin va à contre courant de la publicité telle quelle est connue. Il maltraite le luxe, mets de Balenciaga dans un décor ordinaire, triste et pauvre – parfois même décadant – pour que le regard se rattache au produit, sublimé par la mise en scène. En chasse de perfection, le photographe passe plusieurs heures à imaginer la parfaite composition pour chacune de ses photographies.

guy-bourdin-somerset-house-image-maker-retrospective

Guy Bourdin, c’est aussi un photographe de la couleur. Comme un virtuose, il joue avec les couleurs de l’arc-en-ciel pour en sublimer toute la beauté dans des réalisations picturales et graphiques. La lumière est crue et les couleurs sont exhacerbées. A l’heure où Photoshop n’existait pas, l’artiste sort sa palette de peindre pour repeindre l’herbe en vert ou la paille en jaune, dans la teinte qui rejoint le plus sa vision de la perfection.

Au musée londonien Somerset House, la rétrospective Image Maker regroupe plus d’une centaine de ses oeuvres réalisées entre 1955 et 1987, certaines encore jamais vues. Cette rétrospective expose le savoir faire d’un des plus grands photographes de mode du XXème siècle. Un style distinctif de la narration visuelle qui continue de servir de sources d’inspiration pour les photographes de mode contemporains comme Tim Walker ou Nick Knight.

guy-bourdin-somerset-house-image-maker-retrospective

Aujourd’hui, la rédac’ d’Open Minded a décidé de te donner un avant goût de ses créations ! 

 

guy-bourdin-somerset-house-image-maker-retrospective guy-bourdin-somerset-house-image-maker-retrospective

 

guy-bourdin-somerset-house-image-maker-retrospective

 

guy-bourdin-somerset-house-image-maker-retrospective