I’m not a real artist, l’oeuvre phosphorescente de SpY à Paris

i'm not a real artist

Une oeuvre d’art phosphorescente signée Spy, éclaire la nuit à Paris.

Que tu sois né avec ton mac sur les genoux ou que, pour toi, tablette rime encore avec chocolat, tu ne peux nier la qualité de l’ultra-connectivité quant à la profusion de l’information. Sonneries, vibrations et pépiements sont autant de nouveaux bruits qui te préviennent que sur la planète web, ça balance, ça se bouscule, et ça tourne plus vite que dans une cour de lycée. Ne reste pas sur ton canapé les bras croisés à te lamenter de ne pas être informé du dernier kilo de je-sais-même-pas-qui, ou du clash twittos sur l’efficacité d’une quenelle; on s’en charge pour que tu restes à la page. Le web en deviendrait presque plus ouvert que ton esprit.

real artist

Il y a quelques semaines, les Nuits Blanches dédiées à l’Art dans Paris étaient de retour, avec leur lot d’artistes et d’œuvres incroyables. Chez Open Minded, c’est Spy, un street artiste espagnol invité pour l’événement qui a retenu notre attention avec sa fresque phosphorescente I’m not a real artist.

Cette artiste passionné par le street art sévit dans les rues depuis les années 80, d’abord avec des graffitis puis en détournant des affiches ou du mobilier urbain qu’il transforme à son goût avant de les replacer dans la rue avec l’idée de faire passer un message aux citadins, bloqués dans leur vie réglée de toute pièce.

À LIRE :   Millie MoonHouse : Des illustrations brutes et explicites de l'érotisme
not real

Pour célébrer les Nuits Blanches, SpY a eu comme projet fou de peindre une fresque à peine visible le jour mais qui prend tout son charme à la nuit tombée grâce à une peinture spéciale phosphorescente, sur un grand mur de Paris. Il a choisi d’écrire la phrase  » I’m not a real artist » qui est aussi le nom de cet incroyable projet artistique.

Pour voir cette oeuvre on ne peut plus urbaine, il faut se rendre au 73 rue du Chevaleret dans le 13 ème arrondissement de Paris.

i'm ,ot
spy