Vous prendrez bien un p’tit coup d’Kékette ?

I want a Kékette

La Kékette, la bière qui fait du bien là où elle passe.

Le journaliste stagiaire peut parfois fortement apprécier son job. Surtout lorsqu’on lui demande de couvrir le mondial de la bière en Alsace. Certes, il a fallu faire les kilomètres mais rien au monde n’aurait pu lui faire louper l’opportunité de jouer à l’envoyé spécial. Réparti sur 4 jours, cet évènement regroupe plus d’une centaine de brasseurs de 13 nationalités différentes, Allemands, Belges, Québécois, Américains, Brésiliens, New-Zélandais,… Quatre jours pour voir, sentir et goûter les 400 bières présentées et qui sont pour une grande majorité, encore introuvables en France. Bref, le Valhalla des amoureux de la pinte.

Le stagiaire déambule dans les allées, glanant à droite à gauche des informations, son petit carnet dans une main et dans l’autre une chope jamais vide. Il se dit que c’est un « mal » nécessaire pour ne pas vexer ces fiers brasseurs. Mais l’apprenti journaliste malgré ses multiples amarrages de stands en stands, saura rester digne jusqu’à la fin. Son périple initiatique le mène jusqu’au stand de la bière médaillée d’or du salon en 2013 : la Kékette. Ne sachant s’il a bien lu ou si se sont les effets de l’alcool, il se dirige d’un pas mal assuré à l’endroit où il n’y a pas encore de queue.

Pause Kékette

Et là c’est la révélation. Cette bière qui monte est le bébé de deux comparses de longue date, Pierre Pellerin et Ross Tapp qui, n’en reviennent toujours pas de leur succès. Conçue en Basse-Normandie et brassée en Belgique, la Kékette est le résultat d’une étude très poussée qui prouve que le nombre de couple formé autour d’une bière était relativement élevé. “L’idée est venue comme ça. Après plusieurs heures de jeux de mots: on s’est dit que nous tenions le nom”.

Kékette créateurs Kékette en pack

Et ils le tiennent bien en main puisque la Kékette qui à la base est une blonde, se décline désormais dans une version plus originale à base de cassis et de citron, la Kékette Red. Si la bière est sur toutes les lèvres, c’est parce qu’elle le mérite, mais attention, le stagiaire qui voyait déjà son titre à base de jeux de mots graveleux se fait rappeler à l’ordre. “Le but est d’être drôle. On évite de tomber dans la vulgarité« , explique Pierre Pellerin, spécialisé dans la communication. Faire soft pour une bière que l’on pourrait définir comme un très bon coût.

Kékette-red

Le stagiaire a encore le goût du succès en bouche lorsqu’il repart, épuisé mais heureux, les bras chargés de bouteilles. Depuis ce jour, à la tombée de la nuit, on peut entendre sur le parking du mondial, ses cris résonner : « I love Kékette ! ». Pardon mais c’était trop bon !

I love Kékette

(P.S : la Red vient de remporter la médaille d’or et la Blonde la médaille d’argent pour la saison du mondial 2014 !)

Kékette gifle