American Apparel la polémique comme fond de commerce

American-Apparel-polemique-back-to-school

 

American Apparel défraye une nouvelle fois la chronique. Exactement ce qu’attendait la marque !

Jusqu’où est prêt à aller une marque pour vendre ? C’est la question que l’on peut se poser avec American Apparel spécialiste de la polémique notamment dans ses campagnes publicitaires. Après avoir souvent pris des actrices porno comme mannequins (Lauren Phoenix, Sasha Grey, Faye Reagan, fait pas genre tu les connais toutes) et fait d’autres pubs dans la provoc, la marque américaine fait de nouveau dans la controverse. Pour sa dernière campagne publicitaire « Back to School », American Apparel fait appaître des mannequins portant des jupes d’écolières à carreaux aux longueurs non conventionnelles pour le collège catholique, à tel point que l’on voit de manière subtile (ironie pour ceux qui n’auraient pas compris) les sous-vêtements de ces demoiselles. Pour enfoncer le clou dans la polémique, on découvre aussi des tee-shirts dévoilant le nombril, à la manière de Britney dans ses clips au début des années 2000. Jusque-là rien de bien choquant, hormis si vous nommez ces « crops tops », « Lolita ». On te parle pas de la chanson d’Alizée, mais bien du roman de Vladimir Nabokov qui relate l’histoire du narrateur qui entretient une relation avec une fille douze ans (il s’appelle même pas Marc Dutroux ou Emile Louis). Voilà Voilà… Evidemment les associations ainsi que les internautes se sont insurgés criant à l’incitation à la pédopornographie. Et ils ont eu gain de cause puisque la publicité a été retirée. Gain de cause vraiment ? Pas si sur.

La provoc ça marche pour American Apparel

Et si cette levée de boucliers était exactement ce que souhaitait la firme de vêtements ? Elle a fait le buzz et c’est au final ce qui compte puisque la cible-type (les adolescents) a été atteinte. Preuve en est les messages de soutien à destination d‘American Apparel de la part des fans pré-pubères sur les réseaux sociaux.

Les polémiques font donc totalement leur jeu. Comme dirait Youssoupha « les hommes mentent, les femmes mentent, mais les chiffres ne mentent pas » et le moins qu’on puisse dire dans ce cas c’est qu’ils sont totalement positifs. Sur l’année 2013, le chiffre d’affaire d‘American Apparel a augmenté de 3%, atteignant la coquette somme 437,6 millions d’euros. Au final peu importe la manière cela fonctionne pour la firme de textile. Et cela risque de continuer tant que ça fonctionnera.

Donc si nous avons un conseil pour les ennemis de la marque, ne pas rentrer pas dans son jeu de provocation. Par contre vous auriez peut-être dû faire un peu plus de bruit lorsque son ancien patron a été accusé d’harcèlement sexuel.