Calvaire du stagiaire épisode 5 : les stagiaires, la révolte !

yatuu-grève-stagiaire

Ils ne sont pas mignons, ne veulent plus faire le café et ne sont toujours pas dédommagés : la révolte gronde chez les stagiaires !

Il y a des jours comme ça où l’on se sent inspiré. Pas payé mais inspiré quand même. Chez Open Minded on sait que tu sais ce que ça fait car toi aussi tu fais partie de la grande famille des stagiaires. Pendant la pénible période estivale, on pense très fort à toi et on te cacedédi ces tribulations. Malgré ce statut plus que précaire, le stagiaire est utile à la boite sauf que lui, il est interchangeable. T’as peur ? Ohh mais faut pas petit padawan, regardes…

Il paraitrait que c’est une perte de temps. Sauf que dire ça de but en blanc à un stagiaire (vous vous en doutiez) ça a de quoi le vexer. Déjà qu’il bosse pour des pâquerettes, dénigrer son travail est un hobby qui a de quoi les lui briser. Bien entendu, maître de stage et employés payés (je sais, je fais une fixette dessus. Que voulez-vous les fauchés ne pensent qu’à ça) sautent sur la moindre occasion et semblent faire des concours du meilleur blâme. Sauf que le stagiaire n’est pas un objet dénué de besoins psychologiques, ce n’est pas non plus un animal incapable de s’exprimer. Non, en réalité, c’est une bouilloire qui voit rouge et qui peut avoir de temps en temps des court-circuits (à partir de jeudi soir les branchements ne se font plus à tous les étages. Chers collègues vous êtes prévenus).

calvaire-stagiaire-épisode-révolte

La voie a été ouverte avec des employés qui séquestraient leur patron pour cause d’insatisfaction pécuniaire. Eux perçoivent quelque chose et ils râlent. Mais que doit dire notre caste? REEEEEVOOOOLTEEE !! Nous, stagiaires de tous poils, avons ramassé nos balloches et bloqué les sorties de secours. Le plus massif bloque la porte tel un Sébastien Chabal qu’on aurait coincé aux buts. Le reste de la troupe s’occupe de trouver le matériel indispensable au projet machiavélique. Dans les couloirs résonnent des rires sadiques. Les préposés à la cafetière et à l’imprimante marchent vers leur destinée (ou leur renvoie).

étape-5-boss-ficellé

Les amoureux du pouvoir tentent d’échapper à la chaise sans succès, les assistants de l’assistante, en bons infiltrés qu’ils sont, les retiennent déjà. Le porte-parole ouvre la porte façon spartiate. Les rebelles bâillonnent sans ménagement Dr No et Alex DeLarge d’Orange Mécanique. Pendant qu’ils tentent vainement de mâchouiller les liens, les graphistes s’affairent sur les pancartes et banderoles. L’objectif : une grève contagieuse du stagiaire. Un effort inutile puisque midi sonne et pour rien au monde notre mauvaise troupe ne voudrait faire l’impasse sur la pause dèj. Après avoir mangé comme des sagouins pour ne pas perdre une seule minute, il est l’heure de remettre les pendules à l’heure.

stagiaire-pause-dèj-love

Et là, c’est le dérapage. Le plus inoffensif des deux se retrouve piégé dans les toilettes. L’entendre pousser une gueulante devient jubilatoire. Diviser pour mieux régner où quand ton boss t’enseigne la vie. Le stagiaire le plus expérimenté (autrement dit qui papillonne de conventions en conventions) tient enfin son moment de gloire en devenant notre messie. Il explique clairement nos revendications, notre mal être, bref le guide du stagiaire pour les nuls. Certes nous ne sommes pas des animaux, mais nous aimons de temps en temps être complimentés. Entendre quelques mots rassurants, « non tu ne fais pas que de la merde à critique immédiate ». Enfin Dieu se tût.

étape-5-boss-kambiz-orange-mécanique
oui nos WC ont des barreaux, au cas où on aurait envie d’un suicide du haut de la cuvette

Il fallut malheureusement relâcher les Big B. Le plus petit avait commencé à creuser un trou. Sauf que ce fut notre plus grande erreur. Nous n’avions rien mis par écrit. So young, so dumb, so fucked

on-est-dans-la-merde-grève