Woodkid prend ENFIN sa retraite !

Woodkid-retraite-musicale

Alléluia ! Woodkid n’est plus, vive Yoann Lemoine !

Quatre ans de musique, quatre albums, et quatre ans de succès. C’est déjà pas mal pour un type qui à la base se destinait uniquement au maniement de la caméra. « J’ai écrit mes premières chansons, presque comme une blague. Je n’aurais jamais pensé une seule seconde que j’allais finir sur scène ». Réalisateur de films indés et de clip à succès (« Teenage Dream” de Katy Perry, et “Born to Die” de Lana Del Rey entre autres) Woodkid vient d’annoncer sa retraite anticipée de la scène musicale. Woodkid est mort, Yoann Lemoine vit ! Open Minded crie ENFIN !

Certes ses œuvres ont été repérées par la pub Dior et le jeu Assassin’s Creed: Revelations, mais dans l’ensemble ce n’est rien de très transcendant. On ne dit pas qu’on aime pas, juste qu’il est temps qu’il prenne un peu de recul pour renouveler son style, c’est tout. Lui-même est d’accord avec nous : « J’ai besoin de prendre un peu de repos, penser au futur et travailler sur de nouveaux projets, faire plus de musique, du son, ouvrir mon esprit à nouveau ». D’où tient-on ça ? Ah ben on ne l’a pas inventé, c’est dans sa lettre d’au revoir postée sur sa page Facebook (retirée il y a peu il parait).

woodkid-iron-assassin's-creed

Et c’est pas fini ! Une lettre c’est bien gentil, mais ses fans aimeraient un petit quelque chose histoire de se consoler un peu. Pas de panique, Yoann chouchoute son public avec un dernier morceau ironiquement intitulé “Do you love me after all” (M’aimes-tu après tout). Et là, tu lui rétorques une blague à deux balles : NON. Bon, on va arrêter car on ne veut pas s’attirer les foudres des adeptes du prodige.

Parce qu’il faut bien lui reconnaitre ça : dès qu’il touche du doigt une platine ou une caméra, il semble que cela se transforme en or. C’est ce qu’on lui souhaite sincèrement (on le pense vraiment) pour son long-métrage encore en cours d’écriture. En attendant, il termine son set en réalisant la bande son d’Assassin’s Creed Unity avec The Golden Age” qu’il vient d’ailleurs de clôturer en tant que projet (débuté en 2013) avec un court métrage de 11 min. Histoire de se remettre dans le bain doucement mais surement. Write Yoann, write !