« My Bed » ou comment vendre son lit 2.7 millions d’euros

my bed lit tracey emin

« My Bed » : un lit défait, aux draps tachés et entouré de déchets en tout genre qui s’expose

Attention ceci est une oeuvre d’art !

« My bed », réalisation de 1998 de Tracey Emin présentant un lit défait, bouteilles de vodka, préservatifs usagés, mégots, test de grossesse, mouchoirs et autres déchets l’entourant.

Ce lit est celui dans lequel l’artiste a passé plusieurs jours dans un état dépressif après une rupture.

Exposé à la Tate Gallery à Londres l’année suivante « My bed » avait immédiatement fait scandale. En 2000, un collectionneur l’achetait pour 180 000 euros et fin juin 2014 son prix a explosé, atteignant des records. D’abord estimé entre 1 et 1.5 million d’euros, le lit a finalement fait grimper les enchères à 2.7 millions d’euros. Allez hop je met en vente mon lit sur Leboncoin et en prime il est fait et les draps sont propres, début des enchères à 1 million qui dit mieux ?

Ça fait cher de la nuit, quoique, puisque c’est une pièce d’art l’acheteur va surement le mettre en plein milieu du salon et interdiction d’y dormir, en même temps, vu l’état du lit ça ne donne pas trop envie !

Alors mais c’est quoi de l’abstrait ? du contemporain ?

En réalité c’est plutôt du « ready-made », tendance artistique, qui considère un objet trouvé ou récupéré comme une oeuvre d’art.

my bed lit fontaine duchamp

C’est le cas de la pissotière de Duchamp qui est la référence suprême en la matière. Elle est exposée à Beaubourg, allez voir si vous ne connaissez pas mais ne cherchez pas aux toilettes, elle est bien présentée sur son  socle dans le musée. Exposer une pissotière dans un musée, lui donner un titre (à savoir : Fontaine, 1917) et voilà l’objet ainsi nommé et détourné de sa fonction première devient objet d’art.  Duchamp a initié cette mode et a ainsi amené toute une génération à redéfinir sa notion d’art qui impliquait, auparavant, forcément un savoir-faire. Il n’y a donc plus d’oeuvre au sens strict (car plus d’ouvrage, de fabrication) mais juste une intention, un nom qui fait tout, qui fait de cet objet usuel une pièce de musée.

Même si au premier abord aucun talent artistique n’est perceptible, il faut bien avouer que vendre un lit, utilisé et sale de surcroit, à un tel prix c’est déjà faire preuve de talent (en vente ça c’est certain) !