[Portrait]Chor Boogie: graff, love, repeat

Chor-Boogie-street-romantic

Chor Boogie : le Bansky de San Francisco version color +. Portrait de ce magicien de la bombe.

Quand on vous dit graffiti made in USA, vous avez pris l’habitude de faire le lien avec Bansky, le street artiste qui jongle entre l’Angleterre et New York. Après l’overdose médiatique sur ce graffeur fantôme, chez Open Minded, on a eu l’idée de se transformer en dénicheur de talents outre -atlantique. Et on est tombés en extase devant ça :

Chor-Boogie-graffiti

Pour ceux qui savent reconnaître au premier coup d’œil la bombe de Chor Boogie, congrats’ ! De son vrai nom Jason Lamar Hailey, ce Californien d’origine est passé maître dans l’art de l’illusion ainsi que dans le maniement du spray. Comprenez qu’il s’agit en réalité du précurseur de la technique à la bombe, aujourd’hui installé à San Francisco. Ah ah ça vous ne le saviez pas ! Bandes d’ignares ! Chor Boogie décrit comme un « street romantic », nous explose les yeux à coups de couleurs et de graphismes tellement recherchés que l’on se croirait dans la tanière du lapin d’Alice au pays des Merveilles sous acide.

Chor-Boogie-thérapie

Et encore, on vous fait la lecture transversale. Concrètement, chaque œuvre à droit à son histoire qui va bien entendu de paire avec celle de l’artiste. Pimenté de couleurs très peu discrètes et d’un mouvement parfois chaotique, le graffiti se fait même thérapeutique et nous plonge dans une intense réflexion qui peut parfois se solder par un mal de crâne. Pour le côté médicinal on repassera mais l’idée ne passe pas inaperçue. Il faut dire que pas une teinte n’échappe à la palette de Chor Boogie. Il les a toutes faites !

 

Street-artist-colors

Ses intentions : Créer une dimension hors du temps et relative à l’imagination, la créativité, l’originalité et à l’expression personnelle, espace propice à l’expression de notre âme en couleurs… On attend de voir ça. Malheureusement notre douce France est bien loin de voir le bout de sa bombe. Mais au cas où vous seriez un peu manchot, et vu qu’on aime vous satisfaire, voici le lien de ce street artist qu’on espère ne pas perdre de vue.