L’album du jour j’ai nommé « Stick by this » de Dusky

Dusky-Stick-By-This-packshot

Dusky et sa UK house sensible et sauvage

La musique. Depuis les premiers instants de notre humanité jusqu’à nos dernières conneries, elle a toujours été là. D’abord classique sans la moindre explication et, aujourd’hui, vue comme à la pointe de la technologie et pour laquelle certains ne sont pas encore prêts, il ne se passe pas un jour sans que l’on ne soit exposé à elle. Synchronisée pour coller à une pub ou simplement diffusée pleine balle par ce voisin qui ferait mieux de revoir sa culture, elle est là. Mais, chez Open Minded, on frappe le voisin et on emmerde la pub pour se tourner vers des artistes qui méritent d’être connus. Voila donc un album, un artiste, un choix parmi tant d’autre qu’on aurait pu faire, une option qui sera notre album pour la journée. De quoi lutter face aux conneries de la SNCF, de la RATP et de toutes ces autres erreurs que notre monde refait chaque jour. Bref, aujourd’hui on part avec Dusky et leur LP Stick Back This. 

Retour en 2011, sur le label Anjunadeep sortait la première release d’un groupe tout fraichement créé : Dusky. Ils sont deux, ils sont anglais, et malgré leur nom tout neuf, ils n’en sont pas à leur coup d’essai avec déjà près d’une vingtaine d’EP derrière eux depuis 2008 sous le pseudo Solarity. Ils ont décidé de lancer leur nouveau projet musical avec un album, Stick By This, ce qui est assez étonnant stratégiquement pour être souligné. Dès les premières pistes, on comprend qu’on est face à un album résolument chill house, contrairement à leurs derniers sons plus récents aux basses taillées pour les clubs comme le très fameux « Careless ». On a affaire ici à une house sensible et intimiste qui fait voyage. L’univers général de l’album semble froid et lointain pour accentuer l’effet mélancolique à l’écoute mais le tout est sublimé par des parties vocales discrètes mais intenses comme dans les tracks avec la chanteuse Janai. Leur musique est synthétique, des lignes de basses lourdes, des nappes de synthés très puissantes mais on se laisse parfois surprendre par l’arrivée d’un violon ou d’un piano qui rajoute une véritable chaleur et donne une nouvelle dimension à la musique. L’album se clôture sur Need You Back, véritable voyage dans l’espace entre des nappes de synthés qui font voyager en hyperespace et un vocal lointain et robotique.
À LIRE :   Electro Alternativ, le festival qui va retourner Toulouse