Le Tunnel : dissimulé près de chez vous.

tunnel-1
00h15 : Il est l’heure de finir en vitesse son dernier verre et de sortir pour bouncer un bon coup. Il était vendredi il y a un quart d’heure. On a écouté de la techno toute la soirée au rythme des clopes et autres vodka-pommes; maintenant, on compte bien continuer sur cette lancée mais plus de basses, s’il vous plait. Pour répondre à nos caprices nocturnes, on a prévu de se rendre au fameux « Le Tunnel ». Le Tunnel c’est quoi ? « Bah, le Tunnel, en fait c’est un espèce de tunnel… » vous diront les gens qui ont eu la chance de côtoyer les précédents events. « Hein ?! Genre comme dans le metro ? j’comprends ap, ça a l’air chelou ton bail…».
L’endroit est atypique, voire presque unique en son genre. Je m’explique. Au delà du soundsystem Funktion One et de l’ambiance variée se départageant du plus chill au plus électrique, le Tunnel se présente tout d’abord comme un espace de liberté où presque tout semble permis. Mais commençons par le début.
Le Tunnel se situe à Issy les Moullineaux. On y repart comme on y est arrivé, en T2, avec 10 minutes de trajet montre en main depuis Boulogne.  Ca nous laisse une marge de sérénité, surtout quand on peut exprimer sa joie par le biais de chansons populaires avec ses potes durant les 3 minutes a pied qui séparent le lieu-dit de la station du tram. Mais assez parlé de la Ratp, après tout on n’a pas payé 17 euros pour se contenter d’une vulgaire rigolade dans les transports en commun. Nous, ce soir on veut écouter du gros son pour se défouler jusqu’à la crampe, et on est extrêmement exigent dans notre genre. Justement, ça tombe à point nommé, car ce soir c’est Jonas Woehl et Oliver Huntemann aux platines, annonçant un mélange couleur Techno Minimal Deep house, de quoi faire trembler les boomers. Disons que le prix semble assez correct, sans parler de l’ampleur du lieu qui nous délaisse loin de l’arnaque.
tunnel-3
Rentrons dans le vif du sujet, le plus important, l’argument qui nous a fait nous déplacer, le lieu. L’architecture fait penser à un contexte médiévale, une sorte d’énorme cave qu’on aurait pu visiter avec ses grands parents a l’âge de 8 ans, où se croisent plusieurs chemins formant un labyrinthe. Le tunnel se divisent en 4 endroits : l’entrée, avec un accès rapide, une organisation à son avantage, et un long couloir qui nous engouffre petit à petit dans hausse progressive du volume sonore, comme attiré sur son bateau par le chant des sirène. Un boom boom lointain résonnant sur les blocs de pierre froids qui constituent les parois, et qui réchauffent notre motivation à mesure que l’on approche de la deuxième zone : le couloir principal où se trouve le Dancefloor. Vous apprécierez y retrouver vos amis préalablement égarés ou faire de nouvelles rencontres car c’est ici que tout le monde finit par se croiser et se recroiser.
Cet endroit est accoustiquement isolé du reste grâce à son architecture. Une fois sortis, on entend toujours le son, mais paradoxalement on s’entend mieux parler. Ce qui est parfait pour faire des petits breaks.Un des avantages du lieu ? Il est obligatoire de fumer là ou bon vous semble. Pas de petit carré serré irrespirable.
Une bonne soirée mérite son titre si on peut danser sur du bon son. Et ici, même concept. On a un croisement de plusieurs tunnel qui laisse la possibilité de se poser où bon nous semble, en se guidant avec ses oreilles à la recherche de la basse la plus lourde, tel un radar à ondes stationnaires.  On trouve son espace, on y fixe ses potes, et ça y est c’est ici qu’on délimite notre QG (enfin jusqu’à ce qu’on se perdent tous pendant la soirée).
On prend plaisir a constater la qualité du Funktion One, la performance du Dj. Ca fait Boom Boom, accompagné des rythmique de drums, tout ce que je kiffe dans une ambiance visuelle bleue foncée sombre. Les gens sont souriants, vous proposent de partager leurs verres, les filles sont mignonnes. On danse tous dans le même esprit, on crie tous sur les mêmes montées flashées à la lumière blanche, on est dans un trip commun. Bref il est difficile de se lasser et encore plus compliqué pour un technophile, car le son devient de plus en plus lourd et les basses de plus en plus puissantes au fil du temps. Jusqu’à ce que notre corps nous dise qu’il en a marre et qu’il a besoin d’une pause. Pas de souci, il y a l’espace Chill. Ainsi on quitte temporairement le Dancefloor pour retourner dans le couloir principal, on fait un pas à droite, et on arrive vers le tunnel sensé servir d’espace plus posé et calme. Endroit parfait pour se relaxer, respirer, et décompresser pendant quelques minutes, voire quelques heures pour les plus fébriles (il y a des soirs où ça suit moins que d’habitude). Des canapés, fauteuils et une table de pingpong sont a votre disposition, pour tchatcher,  se concerter, se poser, déconner, étaler sa vie et ses ressentis de la soirée, ou même comater. Personne ne vous brusquera, il y a de la place pour tous.
tunnel-2 tunnel-5 tunnel-4
Bref, le Tunnel c’est l’esprit bon enfant, où le respect règne entre chacun et où tout le monde semble s’apprécier. C’est une sorte de monde libre où résident amusement, gros son, défouloir etharmonie sociale. Dans un endroit original, spacieux, accessible et très plaisant qui transcende tout le monde dans une joie festive. Du coup le prix en vaux largement la chandelle, car le Tunnel c’est mortel.