Le gentil qu’on a envie de trucider

Youtube Follow Openminded

Jar Jar Binks

Et l’Oscar du super gentil qu’on aimerait buter est décerné à…

Avant-propos : Cet article est bien évidemment issu d’une pensée de connard inculte tout à fait objective. Enfin, je crois. C’est même pas dit en fait…

Après s’être attaqué aux types de méchants les moins crédibles du monde du cinéma, c’est dans cette ambiance post-Oscar que l’on a décidé de taper (gentiment, hein) sur ces personnages gentils qui ont le don de nous faire hurler (ou rire) encore plus que les méchants. On pourrait les nommer les Joffrey Baratheon en version gentil, ou alors les insupportables. Bref, on a envie de les étrangler.

Hier soir, ou plutôt cette nuit, ce fut la fameuse cérémonie des Oscars, l’occasion pour certains acteurs et certaines actrices en vogue de recevoir la distinction suprême en terme de cinéma (introduction ultra-originale quand tu nous tiens). Il était donc de bon ton pour nous de décerner nos propres Oscars (parce que « meilleur acteur », c’est vraiment trop banal), des récompenses intemporelles décernées à tous ces personnages gentils et merveilleux. Vous savez, ceux que, pour des raisons diverses et variées, on aimerait tant voir mourir. Juste comme ça, pour voir le résultat.

On aurait pu mettre je ne sais combien de catégories toutes plus différentes les unes que les autres : les hurlements les plus insupportables, avec Bruce Lee en tête de file, les meufs (non, trop cliché) gens qui ne servent à rien d’autre qu’à se faire sauver tout le temps (on peut penser à la fameuse Elena Gilbert, de Vampire Diaries). Le nombre de gentils énervants est tellement énorme, qu’une petite sélection s’est imposée.

Bonjour à toutes et à tous pour cette toute première cérémonie Cinéma d’Open Minded. Procédons à la remise des prix :

1. Dans la catégorie « je sers à rien (à part foutre la merde) » :

Pâris

Orlando Bloom Paris Troie
« Tu kiffes mon ombrelle rose ? En plus, ça va trop bien avec l’armure »

Le personnage du film « Troie », joué par Orlando Bloom, remporte facilement cette distinction (de même que celle du gros trouillard le plus mythique, si ce n’est mythologique, de tous les temps). Alors certes, l’acteur a une belle gueule, mais là, dans CE film, on aimerait vraiment, VRAIMENT, le voir se faire trucider. Et manque de bol, c’est un des seuls qui survit.

 

2. Dans la catégorie « salut, j’suis beau et j’ai la classe, mais je parle un peu trop » :

Legolas

Orlando Bloom réalise le doublé avec son personnage joué dans la trilogie du Seigneur des Anneaux. Il joue notamment un personnage totalement opposé à celui de Pâris. Mais parfois un peu trop… en tout cas, on adore ses répliques, en VF comme en VO (même si au bout d’un moment, on a envie de lui dire « TAIS-TOI ET COURS ! »).

Bon, on lui en veut aussi parce qu’il est un peu trop badass quand même. Mais ça, on ne le dira pas.

 

3. Dans la catégorie « je joue trop bien les émotions » :

Anakin Skywalker (Star Wars 2 et 3)

Hayden Christensen

Hayden Christensen n’a presque pas de concurrents directs. Des mimiques émotionnelles aussi perturbantes qu’une Kirsten Stewart en colère (ou pas d’ailleurs, le résultat est aussi vide). En lice également pour le prix du « meilleur acteur dans la scène qui aurait dû être coupée au montage », grâce à sa cascade époustouflante à base de roulades le long d’une colline en fleurs avec Nathalie Portman. (Comment ça, je ne vous avais pas dit que ces désignations étaient subjectives ?)

Et oui, je ne tape volontairement QUE sur les acteurs à belle gueule. D’ailleurs, je compte bien ne pas m’arrêter là. (Comment ça, de la jalousie ?)

 

4. Dans la catégorie « créatures »

Jar Jar Binks

Aucun concurrent n’a pu détrôner la créature de la prélogie Star Wars, tout le monde sera d’accord là-dessus. Me’sa a poussé mu’sa et LA FERME !

Vous êtes nombreux à avoir souhaité sa mort dans d’atroces souffrances, hein ? Et bien… CADEAU !

 

5. Dans la catégorie « lunettes de soleil » :

Horatio Caine

horatio caine lunettes

David Caruso est le gagnant obligatoire, bien que jouant dans une série, Les Experts : Miami, et non un film. « Salut, j’ai trop la classe, et je suis comme un père pour tous les gens que j’ai sauvé. » D’accord, mais ARRÊTE AVEC TES LUNETTES !

 

6. Dans la catégorie « Princesse Disney » :

Blanche Neige

Le choix fut dur, mais Blanche-Neige a été élue plus grande cruchasse de Disney (ce qui est plutôt un bon score). Et d’ailleurs, la plus grande débile et cruchassement (?) naïve de l’histoire de l’Humanité. Si seulement elle avait pu s’étouffer avec sa foutue pomme…

 

7. Dans la catégorie « toutes compétitions confondues »

Batman et Robin (et puis la dernière là, tant qu’à faire)

Batman et Robin (et puis la dernière aussi)

George Clooney est LE vainqueur toutes catégories confondues, car il est le héros du film le plus magnifiquement raté de l’histoire du cinéma (au moins). Je ne parle en rien des Batman de Nolan, mais bel et bien de celui qui a failli décrédibiliser le personnage à jamais, Batman & Robin (l’illustre). Et, comme chaque partie du film est une véritable pépite aussi grosse que les tétons soigneusement dessinés sur son bat-costume, voici la compilation des scènes cultes du film.

Voilà pour les remises des prix !

Mais ce qui est considéré par certains (MOI) comme une atrocité visuelle et auditive à cause d’un personnage ultra-énervant, peut tout à fait en charmer d’autres. De même qu’il est devenu courant de regarder Batman & Robin complètement bourré pour mieux en apprécier la saveur, tous les petits défauts des acteurs et personnages peuvent faire valoir un certain humour, voire une scène cultissime à ne pas manquer.