DiCaprio et le néo-classicisme : les people en peinture

Leonardo DiCaprio Peinture George Dawe

DiCaprio, Robert Downey Jr : ces célébrités qu’on peut clairement voir en peinture

Auriez-vous flashé sur Léonardo DiCaprio en 1800 (et des poussières, précision nécessaire pour les historiens tatillons refoulés qui se cachent parmi ceux qui nous lisent) ? L’homme (j’entends d’ici les hurlements des Femen, auquelles on va dire « ferme-la sale c**ne d’accord, la personne, si tu préfères ! ») qui a modifié ces peintures issues des oeuvres de George Dawe, doit sans aucun doute le penser, ou alors vous poser la question. Le résultat, il faut l’avouer, est impressionnant, quel que soit la hauteur de la complexité du travail réalisé. Voici donc vos célébrités favorites en peinture. Et, désolé les mecs, il n’y a que des hommes (passer plus tard pour la tête de Scarlett Johansson sur le corps de Marie-Antoinette, qui n’aura pas perdu son crâne pour rien). 

Le thème d’aujourd’hui est un peu particulier et réclame une introduction un peu spéciale. En effet, aucun nom d’artiste ne va attirer notre attention aujourd’hui. « Comment ça, personne ? » allez vous vous empresser d’hurler, bande de facilement offusquable (oui, niveau insulte j’ai décidé de faire dans le trash). Et oui, l’illustre inconnu qui a créé ces retouches est… inconnu (impressionnante démonstration de perspicacité, je sais).

Il faut donc saluer le travail de la personne qui, sous couvert d’une manipulation d’image aux apparences simplistes, va faire transparaître une idée aussi amusante qu’originale, aussi « bête » que créative. Et oui, « la personne », ça n’ira pas plus loin. Ces œuvres déformées sont totalement anonymes. Si nous tentions, pour une fois, de donner un sens à ces créations, autre que « c’est plutôt marrant » ? Phrase qui révèle à elle seule la pauvreté des remarques à faire. Séparées de leur valeur ajoutée, elles ont un passé « commun ». Pour une fois, donnons leur, nous même, en tant que rédacteurs, une identité. Rendons-leur ce qui aurait dû faire partie de leur histoire, et qui devrait figurer en dessous de chacune d’elles.

L’artiste inconnu aux bataillons leur a donné un nouveau visage, rétablissons leur histoire, avec un nom.

Bon, voilà la petite introduction épique qui laisse envisager quelque chose d’énorme, une analyse claire, longue et précise. Vous y croyiez vraiment ? Vous vous êtes fourrés le doigt dans l’œil jusqu’à l’épaule (Dieu sait à quel point ça doit être douloureux. Non, je ne sais pas si il a essayé, et à vrai dire, je m’en tamponne l’oreille jusqu’au cerveau. Ce qui doit être pas mal niveau douleur, ça aussi. Bref). Tout ce qu’il y a à dire, c’est qu’un illustre inconnu s’est inspiré des peintures néo-classiques de George Dawe qui avait représenté les généraux qui avaient affronté Napoléon. Voilà, sauf si vous êtes fan de ce bon vieux Bonaparte (ça existe vraiment ?), l’introduction vend du rêve de manière abyssale. C’est donc totalement péjoratif.

Imaginez les visages de ces hommes en moins net. Voici quels auraient été les célébrités de l’époque : nos généraux (enfin, les généraux des russes, quoi). Stéphane Bern aurait peut-être été autrefois ce qui fait sa notoriété maintenant : un journaliste people, devenu historien des centaines d’années après.

Bien entendu, ces œuvres ont été créées pour le plaisir des yeux, par une jeune personne (oui, les vieux ne savent pas utiliser Photoshop. Voilà, c’était mon gros cliché quotidien, merci) désireuse de faire quelque chose d’insolite. Toutes ces réflexions sont donc on ne peut plus stériles. Mais, justement, le plaisir de réfléchir doit-il nécessairement passer par l’utile ? Et, dans ce cas, ce même art qui fait réfléchir, est-il si dénué de sens, autre que « faire plaisir aux yeux » ?

C’est aussi la démarche qui nous intéresse, nous l’avons bien assez montré chez Open Minded. Ici, les œuvres surprennent et font sourire. Qu’importe la difficulté de la création : le rendu donne tout ce qu’il faut pour « faire de l’art » (si je puis me permettre l’expression, précision certes un tantinet soit beaucoup (?) inutile, j’en conviens volontiers, accessoirement parlant) aux yeux (au nez et à la barbe ! Fichtre, rien à voir.) des spectateurs : de l’étonnement, de la surprise (ça fait un peu un beau pléonasme, pas vrai ?), et de la beauté (dans les traits de base, et dans le montage). Dans ce cas là, que demander de plus ?

Mr T Peinture Patrick Swayze Robert Downey Jr Samuel Lee Jackson Simon Pegg Sylvester Stallone Will Smith Alan Rickman Bill Murray peinture Brad Pitt Bruce Willis Clint Eastwood néo-classicisme peinture David Bowie Elvis Presley George Lucas Iggy Pop Jean-Claude Van Damme Jet Li Keith Richards Leonardo DiCaprio Peinture

 

L’intégralité des œuvres du monsieur (ou de la dame, on a compris !) se trouve ici, cliquez, vous saurez (n’importe quoi…).