DJ PONE, DMC’S MOST WANTED

dj-pone-itv

On a mangé des vinyles avec DJ PONE

Le 14 janvier sortait « Erratic Impulses », le premier EP de DJ Pone chez Ed Banger, j’ai voulu lui en toucher deux mots. Surprenant mais fidèle aux racines hip-hop du type, cet EP diffère de ce que l’on avait l’habitude d’entendre du quadruple Champion de France DMC; laissons principal interessé vous le présenter.

► Que fais-tu de tes trophés, tu les ranges comme dans le clip Signatune de Dj Medhi ?

Les trophés à l’époque où je faisais des championnats de Dj c’étaient des blousons. Et ils sont chez ma mère. Avant c’étaient des blousons avec écrit « Champion DMC 98″… et t’avais le droit d’aller au championnats du monde, mais pas de trophés. J’ai eu celui des Victoires de la Musique, qui doit être au studio, on avait un titre de Champions du Monde, je ne sais absolument pas qui l’a … J’ai même pas tous mes disques, de ceux que j’avais fait; je t’avouerais que je ne suis pas trop un archiviste.

► Tu te produis souvent, tu passes souvent à la TV … Pourquoi avoir mis autant de temps à sortir ce projet solo ?

Ca ne me dérangeait pas de ne pas me mettre en avant, à partir du moment où je tournais avec Birdy Nam Nam ou quoi, ça me suffisait. Là, l’occas s’est présentée, Pedro m’a proposé de monter le projet que j’avais d’une mixtape, finalement on en a fait un EP. J’ai beaucoup de trucs qui vont sortir, mais tout va arriver d’un coup. Dans quelques jours, j’ai un maxi qui va sortir qui s’appelle « Sarh » avec José Reis Fontao, le chanteur de Stuck in the Sound, et un albm en avril; puis mon album avec Greg Frite. J’ai attendu un peu longtemps, mais 2014 va être chargée ! Je pense que j’étais pas prêt mentalement, techniquement; j’ai passé beaucoup de temps à faire des compétitions, à faire dj pour des groupes et j’étais épanoui comme ça. Quand j’ai commencé, il y a une vingtaine d’années, c’était pas aussi simple qu’aujourd’hui en terme de matos et d’argent, je me suis fais des armes sur autre chose et aujourd’hui ça m’interesse plus de faire de la zick.

► Pourquoi avoir choisi Ed Banger comme label pour cet Ep ?

Pedro m’avait demandé de venir le voir en premier, c’est ce que j’ai fait ! C’est un ami de longue date, c’est aussi simple que ça ; il m’a dit « Toto, si un jour tu veux sortir un truc, tu viens voir bibi en premier », deux ans après je suis venu. En plus, mon EP n’était pas formaté club ou dancefloor donc je voyais pas qui je pouvais aller voir. Je suis arrivé avec les quatre titres et c’était bon; il a quasiment rien écouté, il m’a seulement dit de m’amuser. Je pense que Ed Banger est un label qui est devenu légendaire, je suis très heureux parce que la plupart de ces mecs sont mes amis depuis longtemps; ça semblait assez logique, je marche beaucoup en mode « copains ».

► Tu as fait venir beaucoup de mecs comme Didaï ou Gaspard de Justice sur cet Ep, ça te manque de travailler en groupe ?

Ca apporte toujours quelque chose. Je lui ai fait écouter un morceau, et Gaspard m’a dit qu’il aimerait bien rajouter un hook, je l’ai laissé faire. Didaï c’est un pote, j’avais envie de lui faire croquer un bout au projet, qu’il soit avec moi sur le truc. Comme dans le rap, faire des featuring avec d’autres rappeurs, je trouve que c’est cool de bosser avec d’autres producteurs qui t’apportent d’autres choses. En plus, ça se fait de plus en plus les associations, ça apporte énormément; le morceau avec Didaï, j’avais envie qu’il le débloque, ça faisait longtemps que je l’avais fait, donc plus trop de recul et il m’a bien aidé. J’adore bosser avec des gens, mixer avec des gens (bon, j’aime bien tout seul aussi, hein), si je refais un projet ce sera sûrement encore avec des gens, peut-être des fois les mêmes d’ailleurs. Faut partager, je le vois comme ça. Avec Birdy Nam Nam on est produits par Para One, encore une association et le résultat était chanmé ! Ca se fait vachement en ce moment, si ça peut t’amener le truc plus haut, tant mieux.

► « Erratic Impulses », ça veut dire quoi ?

C’est une question assez complexe. Erratic, c’est assez irrégulier, ça se rapproche du Hip-Hop, parce que dans cet EP, il y a beaucoup de samples de batterie etc.. et les morceaux sont assez différents, ça passe par pleins d’ambiance. L’autre truc, c’est que c’est une référence aux Dents de la Mer, mon film culte, il y a une scène où le mec lit un bouquin et tu vois un requin avec une ligne sinusoïdale qui entoure un poisson … Je suis un peu perdu sur ça, j’ai pas tout bien capté, mais il est écrit « Erratic Impulses » ! Faudrait que je me renseigne un peu plus, mais quand j’ai vu ce blaze je me suis dit « ça roule », je prends.

► T’as bossé avec les très bons du rap français, quelle est la rencontre qui t’a le plus marqué ?

Il y en a eu plusieurs, mais la première c’était avec Fabe. C’est grâce à lui que je me suis retrouvé dj de la Scred Connexion, un groupe très respecté, les mecs de Barbès ! C’était mes premières tournées, la première fois que je montais un show, donc ça m’a apporté énormément de chose. Après Triptik, les Svinkels, c’étaient mes Beastie Boys … Dans le milieu du rap français j’ai rencontré énormément de monde, c’est là que j’ai rencontré le 113, Dj Medhi… Il y eu des rencontres pro et plus personnelles, comme le 113, on a jamais rien fait concrètement à part la tournée Opération Freestyle, mais quand je croise Rimca et que je me dis qu’on se connait depuis qu’on a 20 piges, je trouve ça mortel. Oxmo aussi, qui avait fait une tournée avec nous, ouais, il y en a pleins, je vais chialer, tiens ! Maintenant, aussi, avec tous les 1995, l’Entourage … J’ai pas mal bossé avec eux; là je vais faire dj pour Casseur Flowteurs; Orel je l’avais déjà rencontré à un concert des Svinkels à Cean, justement, il y a au moins 10 piges, on se disait « Le petit Orelsan, c’est un bon lui » et juste après, bam!, il défonce tout.

► Alors, le rap c’était mieux avant ?

Le rap, c’était différent avant. C’était pas mieux ou moins bien, c’était un autre truc. Forcément en tant que vieux biscard je suis attaché à un style de rap français, mais que je retrouve dans ce qui se fait maintenant. Quand tu vois « 64 mesures de spleen » de Jazzy Bazz, c’est sur une instru qui date de 95 (cf. Miilkbone – Keep It Real), donc ça me fait super plaisir de voir ça. Après je suis aussi pour la modernité, de toute façon, le game il a changé parce que c’est comme ça. Pour moi c’est pareil, quand je fais un mix ou une mixtape, le soir je le mets sur SoundCloud et je peux faire 10 000 vues alors qu’avant je faisais 200 tapes ! T’imagines pas le temps que ça prenait pour enregistrer; pour le presser les mecs devaient me faire un chrome, il fallait que je les rembourse … C’était un truc de dingue. Maintenant, c’est trop simple ! J’adore la nouvelle génération de rappeurs, il y a une maitrise d’Internet qui est incroyable; les types ont des 100 000 likes sur Facebook, ils ont un impact de dingue. Il y a un soutient de malade entre eux, chacun partage le projet des autres, à l’époque c’était pas du tout comme ça; ils se connaissent  et s’aident tous. Quand t’as la chance d’être des deux générations, c’est juste dingue, je ne suis pas trop dans la nostalgie, c’était différent, c’est tout. Mais j’aurais bien aimé qu’il y ait Soundcloud !! L’énergie que j’avais pour partir de ma ville jusqu’à Paris et revenir avec 4 skeuds, tu m’aurais donné de quoi téléchargé, laisse tomber.

► Tu penses que quoi de Traktor Scratch :  » mixer avec des skeuds, c’est le vrai job » ou « cool, pas besoin d’un sac de 15 kilos » ?

Je n’ai jamais essayé, je suis sur Serato. Là, c’était moins bien avant ! Partir avec 3 bacs à disques et voler des caddies à Gare de Lyon parce que je ne pouvais pas les porter et les disques rayés … Je peux te dire que Serato, c’est un pur bonheur. Le lap-top dans le sac, t’as tout. C’est listé, tu peux tout mettre, tout faire, c’est incroyable tu peux faire une mixtape en live. Je me suis mis un peu clef USB, c’est pareil, je kiffe, même si t’as toujours peur de la perdre ! Quand t’as vraiment connu à l’ancienne, maintenant ça tue.

 T’as combien de vinyls ? Ton préféré ?

Je dois en avoir 8 et 10 000, je pense. J’ai jamais trop reçu de promo donc ma collection n’a jamais explosée, je les ai tous achetés. Mon préféré … Je dirai … J’en ai pleins que je kiffe, mais celui là c’est l’original de Get It Together des Beastie Boy, tu vois, aucune rayure, je ne crois même pas l’avoir déjà passé. Et celui là, pour le trouver, faut t’accrocher ! Non, j’en ai pleins des préférés …

 Parle moi de tes vidéos « In my Eyes ».

J’aimais bien l’application Super 8 ! Pourquoi j’ai fait ça, je sais plus trop… Je voulais faire des sortes de report, mais sans parole, je mettais fixé des scènes de 5 secondes en plan fixe. J’aime bien le côté, avec Internet, Instagram et tout ça, de laisser entrer dans son univers. Je fais super gaffe à ma vie privée, donc le côté où tu dévoiles un peu ton univers me plait beaucoup; je suis hyper attaché à la rue, au graph, j’adore le métro, les rails, ça me fascine complètement, les voyages, les ambiances … J’aime bien les mettre en vidéos. J’ai eu l’impression de vite faire le tour, ça a bien marché, ça m’a fait marré de le faire, c’était cool. Peut-être que je vais m’y remettre, mais faut maîtriser, ne pas gaver les gens.

► Es-tu Open Minded ?

Ah ouais ! Musicalement, ouais, je pense que ça vient du Hip-Hop.