Le Tokyo Robot Restaurant : Interdit aux epileptiques

Robot Restaurant

Stroboscopie de ma nuit au Tokyo Robot Restaurant

Dans une virée en avion pour le travail (pas pour les vacances, hein, on bosse, ici), j’ai fait un malencontreux petit détour par le Japon. Comme je le fais dans tous les pays que je visite, j’ai voulu voir la qualité des bars japs, parce que les voyages d’affaires ne sont jamais une raison pour s’épargner une (entre de nombreuses autres) bonne pinte. Je n’aurais pas dû…

On le sait, ça n’est pas nouveau, la culture japonaise est particulièrement éloignée de la nôtre, poussée notamment par une pop culture au paroxysme de l’étrange pour n’importe quel occidental qui se respecte. Bon, ça c’est bon pour le brouillon mais c’est quand même un pays de tarés. Voilà, c’est dit.

Dans le quartier de Shinjuku (pour les réfractaires à la géographie, c’est à Tokyo. Si vous ne savez pas où est Tokyo, là je ne peux plus rien pour vous.), le Tokyo Robot Restaurant est juste l’allégorie parfaite du WTF japonais au pinacle de son apogée (BOUM, pléonasme dans ta tête). Si vous n’avez pas compris un traître mot de la précédente phrase, c’est normal. Moi non plus.

À LIRE :   Dour Festival day #1

Entre robots et délires ultra-colorés à la sauce nems, et cosplays sexys (ou pas, tout dépend de vos goûts dont je m’en tamponne royalement l’oreille, mais sans animosité aucune, accessoirement), difficile de ne pas s’en faire mettre plein les yeux.

La traversée au milieu d’un zoo surnaturel de robots géants et de Pokémon ultra-flashis en devient limite dangereuse pour votre santé mentale. Croisière interdite aux épileptiques, par conséquent.

Mais bon, comme il serait cruel de les priver de ce petit exutoire visuel, voici les photos prises (avant de tomber en transe sur le sol, bave aux lèvres : overdose de couleurs).

Robot Restaurant The Tokyo robot bar Robot restaurant Giant Robot Restaurant Robot-Restaurant