Fortune à poils

fortune-blackboard

Des poils et de l’eau : la vidéo pour Fortune de Paul & Martin.

Dans le genre clips incroyables, celui-ci peut faire de la concurrence avec « I Spy » de Mikhael Paskalev ou le dernier de Jackson and his computer band. Tellier et Chabal n’ont qu’à bien se tenir car voici l’homme viril 2.0 aka le barbu-à-poils. Le groupe français Fortune revient sur le devant de la scène avec le clip de leur son « Blackboard », réalisé par Paul & Martin (Les Fils de). Regarde et on débrief.

Les premières secondes sont tout à fait banales : un avion, plusieurs plans pour créer du mouvement, le jour/la nuit, un homme stylé-stéréotypé … OK ! La musique est chaloupée -ça marche aussi avec les chansons- mais on n’a pas trop envie de se dandiner; outre le petit sifflement qui te rentre dans la tête et qui n’en sort plus, la raison de l’article n’est pas du tout la qualité musicale (ça s’écoute … une fois).

Ceci-dit, s’il on reste bien devant son écran (même les oreilles fermées), on remarque une lente transformation de l’histoire. Le bonhomme à bebar (interprété par Mathias Trouvat) pérégrine seul on ne sait trop où, sans doute dans un coin d’Espagne bien paumé, et se lâche de plus en plus. C’est sûrement dû à la vache qui le suit vers la cinquantième seconde (???) ou le resto abandonné « L’Eden » qui le pousse à la quête d’une ascèse tel un Ulysse. Bref, plus on avance, plus la vidéo se barre en grande séquence vidéo et évolution du protagoniste. On ne sait toujours pas pourquoi le type est là, il faut s’en foutre, il vit sa vie dans une maison vide, il dort au calme sur la terrasse avec des bougies … voilà le mâle qui se dévoile cheveux en bataille et torse poil !

À LIRE :   Les cyclopes donnent de l'oeil avec Le CyKlop

A partir de ce moment (1m15) finit les cheveux rangés en chignons et les cols serrés. La séquence « je sautille avec ma veste de tweed dans les fougères » est exceptionnelle car d’un naturel incroyable et très bien réalisé. Last but not least, quoi de mieux qu’un petit slip ? Le bleu de la mer, le torse bombé et le cheval, que de clichés transformés en bonne partie de poilade quand on observe bien les petites poses de pin-up dans l’eau ou les auto-caresses super sensuelles. Je vous laisse observer tous les autres détails par vous mêmes, plus ou moins flagrants (le crachat discret entre deux paroles …), car la séquence mer-retour-à-l’homme-sauvage est absolument géniale. Voyez par vous-même.