Nicolas Jaar, un phénomène ?

Youtube Follow Openminded

darkside-nicolas-jaar

Que penser du son Nicolas Jaar ? Idées après la dernière Boiler Room de Darkside à New York.

Hier est sortie la dernière Boiler Room de Nicolas Jaar et son acolyte Dave Harrigton. Le concept n’est plus à présenter, il s’agit de streamer des DJsets en petits comités; les vidéos sont ensuite publiées, diffusées et commentées par les internautes. Cependant, cette dernière est tout particulière : le lieu est incroyable (un rooftop à NY) et la manière de filmer est complètement différente de celle à laquelle nous étions habitués. L’image est en mouvement, en concordance avec la musique, ce qui donne une allure et une ambiance quasi-magique à la vidéo. Evidemment, le but premier pour le duo est de faire partager son amour de la création musicale, il faut donc relever la qualité de leur performance qui se rapproche fortement de ce qu’on pu faire les darons Pink Floyd en terme de profondeur et de sublimation par la guitare. De créations originales en productions musicales pointues, Darkside surprend et séduit un public peut-être plus étendu qu’on ne l’eut cru.

Avant d’être revenu en force dans tous les iPods, Nicolas Jaar est un féru de musique au sens passionnel du terme, car il la voit comme quelque chose de sacré et remet en cause son aspect mercantile contemporain. Un gars bien sur le papier, un son puissant dans les oreilles. Et si on parlait de l’évolution du type ?

L’exemple des sons « Mi Mujer » ou « El Bandido » illustre parfaitement l’engouement général pour le type : des sonorités exotiques, la voix suave de Jaar… on retrouve une certaine tendance deep-house, particulière à cette période de création car le mélange des genres est la patte du musicien. Les fans de la dernière heure seront alors peut être déçus de ne pas danser ou taper du pied sur les derniers morceaux plus « expé« ; on le retrouve à mixer avec un ghetto blaster tuné, la musique est aérienne, se rapprochant parfois sensiblement du silence , mais la création est à son apogée (ou ne commence seulement son ascension ?). Space Is Only Noise est un titre évocateur pour cet album de 2011, une compilation de ses 10 meilleurs morceaux selon lui, car il pose la base récurrente de la musique de Jaar, à savoir, un son qui combine mots, objets sonores non identifiés mais identifiables et émotions.  C’est là où réside le génie de ce mec, dans sa capacité à faire entendre ses références et influences par une musique que l’on en vient à qualifier d’expérimentale car nous faisant vivre une expérience et la récente vidéo de Darkside n’en est qu’une énième preuve.