Les musiques antisexe, Moi J’aime bien ?

musiques antisexe

Les musiques antisexe, toi t’aimes pas

Le mercredi c’est sushi (oui je m’en sers souvent de cette phrase mais pour le coup c’est vraiment sushi). Mais ça on s’en fout un peu. C’est surtout le jour du Moi j’aime bien ?, une sélection musicale aux goûts douteux qui s’attaque à des thématiques plus ou moins douteuses elles aussi chaque semaine. Du rire, des larmes, des interrogations et des mouvements cérébraux alternatifs sont de mise pour parvenir à réaliser cette utopie musicale digne d’un Open Minded Golden Deluxe Music Award. En gros, on se bouge toutes les semaines pour faire un choix musical qui tient debout.
Mais toi aussi, jeune lecteur d’opn tu peux participer à cette tempête de cerveau hebdomadaire. Comment ? Tout simplement en proposant un thème et deux ou trois exemples sur contact@opnminded.com et on se fera un plaisir de lancer ça par la suite.

C’est le week-end, ou un jeudi soir, on s’en fout. T’es devant ta télé en train de mater la pire daube que la télé française est capable de produire (je vous laisse le choix entre 1. les anges de la télé réalité, 2. les ch’tis à Miami, 3. Secret Story) quand soudain ton I-fouf 7 se met à sonner. T’as le seum, t’as pas pu entendre ce que Cindy avait dit sur Caro la grosse pouffe à la télé, alors tu décroches d’une voix monotone et avec peu d’enthousiasme : « Allo ? » – c’est encore l’autre qui veut venir squatter chez toi, comme t’en as quand même ras-le-cul de mater la télé et manger des pâtes au jambon, tu te dis pourquoi pas, faisons acte de charité.
Comme d’hab’, c’est la même rengaine, il (ou elle, on va généraliser le propos) va essayer de vous faire rire en racontant des blagues foireuses, de vous raconter sa vie dont vous n’avez rien à foutre et enfin de vous faire écouter de la musique en mode qui-ne-tente-rien-n’a-rien. Comme vous n’êtes pas un/une gros(sse) connard/connasse, ou qu’au contraire vous profitez de lui/ d’elle comme un(e) connard/connasse , vous vous êtes quand même rapproché de lui (ou elle mais bref, vous avez capté le principe) et vous êtes en mode de-toute-façon-y’a-plus-rien-à-bouffer-dans-le-frigo. Il a pris possession de l’ordi, de YouTube, putain mais qu’est-ce qu’il fout ? Ça y est, il a tout brisé avec sa musique, celle qui te donne envie de dormir sous ta couette, de manger des raviolis en boîte, de mater le plus grand cabaret du monde bref, les musiques antisexe, les tue-l’amour. Allez, tu vas finir ton plat de coquillettes et ton jambon.