QU’EST-CE QUE LE SELVEDGE DENIM ?

levis selvedge
Selvedege

Le selvedge denim raconté par Comme un camion

“Selvedge” denim est un terme auquel vous avez certainement dû avoir à faire si vous vous intéressez de près ou de loin aux pantalons, blousons, chemises et tout ce qui est fait de matière denim. D’où est-ce qu’il sort ? Pourquoi est-ce que les amateurs de jeans n’ont-ils que ce mot-là à la bouche ?

Commençons par le commencement, par définition selvedge est la contraction de l’anglais « Self Edge », raccourci pour “Self-finished edge”, signifiant en français, bord fini. En fait, c’est une finition uniforme d’un tissu à son extrémité visant à éviter qu’il s’effiloche, elle est donc renforcée et forme souvent un liseré de couleur.

usine
Avant de s’embarquer dans des explications techniques autour du denim selvedge, la logique veut que l’on aborde premièrement le coté historique de la chose. Nous sommes dans la fin des années 1800, et les métiers à tisser sont capables de produire des tissus sergés dont le tissage est extrêmement serré, donnant des lais longs et fins (75 cm de large). Ces machines provenant de chez Sulzer Ruti en Suisse, Picanol en Belgique, Dornier en Allemagne ou Vamatex en Italie permettaient de renforcer l’extrémité latérale du tissu afin qu’il soit plus solide. Pour distinguer leur tissu de celui des autres usines, certains fabricants américains appliquèrent à leur tissu un liseré de couleur, notamment lors des années phares de l’histoire du denim au cours desquelles Levi’s a commencé à utiliser du rouge, Lee du jaune et Wrangler du vert. Du fait que les premiers japonais qui importèrent des jeans pour les copier le firent à base de modèles Levi’s, et qu’ils sont au cours des années devenus les premiers producteurs de denim selvedge, la couleur la plus répandue aujourd’hui est le rouge.

usine de fabrication

Les grandes usines de fabrication de tissu denim, face à l’expansion industrielle et sociale d’après guerre (les trente glorieuses) et surtout face à la demande croissante de vêtements en denim, durent abandonner petit à petit leurs machines pour des nouvelles produisant du tissu de moindre qualité mais en quantité deux fois supérieure (notamment en largeur). Exit le selvedge, fini la teinture indigo naturelle, bienvenue à la production de grande échelle, au tissu moins solide, à la coloration synthétique, au sablage, au délavage, à la pierre ponce !

Vous trouverez la suite de l’article sur Comme un camion !