Rédac'Contest // Interview : Mutinerie chez Apple

Interview : Mutinerie chez Apple

Voilà deux grosses heures que nous attendons fébrilement dans un café de l’Est Londonien, dehors le fog fait sa loi, nos cigarettes s’épuisent, la note au comptoir commence à devenir salée et l’homme accusé d’espionnage chez Apple pour le compte de son concurrent sud-coréen Samsung n’est décidément pas ponctuel.
Soudain un petit homme guindé pousse la porte et s’avance vers nous d’un pas nonchalant. Il s’assoit à la table, se présente d’une voix douce en insistant pour que son nom n’apparaisse pas sur le papier. Banco ! l’homme, sur sa demande, se fera appeler M.Tartempion. On rigole de sa blague qui n’en est pas une, il commande une blonde et l’interview débute.

Merci d’être venu jusqu’à nous, on sait les risques que vous prenez M.Tartempion, quelles sont vos motivations aujourd’hui ?

Personnelles, justifiées et légitimes. Si mon nom n’est pas apparu aux informations télévisées, c’est que j’ai accepté sous la contrainte de mon employeur (Apple) de démissionner, conscient de mon erreur et de ma trahison je n’ai pas fait de vagues. Mais maintenant je suis à la rue, ma femme est partie avec mes filles dans une autre région .. Je n’ai touché aucune indemnité, aucun employeur ne veut m’embaucher suite à mes antécédents connus seulement du milieu ..

Le milieu de l’informatique oui. Vos antécédents parlons-en, pourquoi en être arrivé là ?

Hum .. pour l’argent je suppose, l’offre que l’on m’a proposée a du flatter mon portefeuille tout simplement. Et c’était simple, j’avais qu’à imprimer quelques feuillets sur la composition de micro-processeur, et les refiler à un bridé travaillant pour le compte de Samsung. Pour un petit employé comme moi, ça représentait une année de salaire obtenue en un jour vous imaginez en temps de crise .. ?! Ils m’ont contacté moi à cause de mon ancienneté, je pouvais avoir toutes les informations qu’ils désiraient mais ils m’ont demandé que ça .. J’ai regretté ensuite .. Le jour où le scandale a éclaté, les regrets sont apparus.

On rappelle que cette affaire d’espionnage a coûté 1 milliard de dollars à Samsung après plusieurs mois de procès. Le coupable c’était vous, pourtant nulle part dans les journaux votre nom n’est mentionné, pourquoi ?

Quand mes supérieurs ont découvert ma trahison ça a fait l’effet d’une bombe au sein du bureau. Personne n’avait jamais vu ça, encore moins chez Apple. Un cratère s’est ouvert sous mes pieds et je suis tombé dedans. On m’a convoqué chez les hauts responsables et ils m’ont expliqué comment ça allait se passer pour eux et pour moi. Ils m’ont contraint d’écrire une lettre de démission en précisant que l’affaire s’arrêtait là entre l’entreprise et moi, qu’ils préféraient passer sous silence mon trafic plutôt que d’entacher davantage l’image de la pomme. Sur ce point je peux leur dire un petit merci, même si le bouche à oreille a fait que toutes les entreprises de cette branche d’activité sont au courant de mes déboires ; et qui engagerait une personne qui n’est pas digne de confiance .. ?

Vous vous dîtes à cours d’argent et à la rue, mais où est la jolie somme que Samsung vous a versé en échange de ces informations ?

J’en aurai profité une petite semaine, le temps de quelques restaurants gargantuesques et de babioles pour ma fem .. euh mon ex femme. Un jour j’ai reçu un coup de fil, un coréen qui parlait mal anglais, il m’a expliqué que suite à mes imprudences Apple était au courant de notre marché et que ça allait bientôt me tomber dessus. Alors ils ont fermé le compte en Suisse qu’ils m’avaient ouvert et l’argent s’est évaporé tout simplement, comme par magie.

Aujourd’hui vous êtes à la recherche d’une nouvelle vie, quel sera le futur de M.Tartempion ?

Le monde m’a usé, le travail m’a usé, la vie m’use et ne m’amuse plus. Toute cette histoire m’a ouvert les yeux sur la petite vie rangée que je m’étais construite patiemment au fil des années, tout ce que je croyais de plus solide s’est écroulé en quelques semaines. Rien n’est permanent, tout est temporaire.
Je vais peut être écrire un livre comme la plupart des hommes qui ne savent pas quoi faire de leur vie, je vis mes derniers jours sur le sol Européen, je veux voir ce que le monde peut m’offrir, il me reste assez d’argent pour un billet aller vers l’Amérique du Sud ..

Et pour le retour ?

Pour l’instant pas de retour. Je laisse les multinationales et l’occident dans leur petite guerre d’intérêts et ne veux plus jamais avoir à vivre cela.

Et bien merci d’avoir répondu à nos questions M.Tartempion, moi même et toute l’équipe du journal on vous souhaite bien du courage. Peut être à la prochaine pour un numéro spécial « Que sont-ils devenus ? ».

Hugo Mallié