Yuyi John, l’artiste taïwanaise virale qui hacke les corps

Détournement corporel 2.0

Les notifications et conversations Twitter, Messenger, Facebook s’affichent directement sur les corps. L’être devient le support d’une marque pour correspondre aux attendus du réseau. L’imagination de la taïwanaise Yuyi John reste sans bornes surtout lorsqu’il s’agit de s’inspirer des méandres d’internet.

yuyi john

Précurseuse innovante régnant sur Instagram, Yuyi John est devenue virale par son utilisation des tatouages éphémères venus de la sphère médiatique. Et par son irrévérence. Basée à New-York, elle soulève dans son travail les aspects de l’expression de soi entre vanité, identité réelle ou fantasmée et individu-objet. Dans sa série Julia’s Twitter, elle reprend des éléments de la charte graphique de Twitter pour les calquer sur le visage de ses modèles.

À LIRE :   Le nu en ombre et lumière de Neil Snape
yuyi john

Certaines de ses œuvres troublent le regard. Pour son projet Skin on Skin elle imprime des corps de femmes nues sur des bouts de viande. Dans Shoes lace charger, les lacets de Rebooks deviennent des chargeurs de smartphones. La série Tinder match présente une modèle recouverte des symboles de l’appli de rencontre. C’est pour ce regard moderne qui questionne notre identité matérielle et numérique qu’elle enchaîne les collaborations avec des marques.

yuyi john

Entre la mode et l’art, elle se sent à son aise. Gucci, Nike, tous veulent de son œil avant-gardiste. En attendant d’autres séries, on reste connecté pour dénicher ses prochains coups d’éclats artistiques.

yuyi yuyi john yuyi john yuyi john yuyi john yuyi john yuyi john

Plus d’informations : site