Pourquoi tu aimes tant mater tes voisins ?

Voyeurs de tous les pays, unissez-vous !

Il est temps d’assumer. Oui,  nous sommes tous curieux de savoir si la moquette est plus verte ailleurs. Si l’écran est plus grand à côté, ou le mâle plus musclé. On pourrait parler pendant des heures du bruit que font les voisins. Mais on aborde moins notre tendance à les observer par la fenêtre. Toi aussi, tu ressens le frisson du voyeur, la chair de poule de l’espion, l’excitation du curieux. On le sait.

voyeur

On convoite et on fantasme. On épie dans l’espoir de se mettre quelque chose sous la dent. Mais quoi d’ailleurs ? La quadra brune sexy, d’en face, passer cul nu ? Calmos. Avant le délire sexuel de nudité, ce qui te grise, c’est la collecte de petits détails, de choses réservées à l’intime. Dans son chez-soi les masques tombent (et les habits parfois), alors on guette.

À LIRE :   Un passeport de super festivalier pour profiter de 100 festivals à travers le monde
voyeur
( crédits photos : Gail Albert Halaban)

On pourra reconnaître, quand même, que c’est le seul charme de ces barres d’immeubles interminables. Une belle façade qui s’éclaire, de nuit, au gré des scènes qui se jouent. Une femme aux cheveux blancs, plus jeune qu’il n’y paraît, se retouche devant le miroir de sa salle de bain. Un moustachu, en pull épais, que nous appellerons Dédé, fume une ginze à sa fenêtre, se curant le nez à l’envie. Une équipe de jeunettes bobos en coloc échangent autour d’une théière, sans doute remplie d’un mélange detox de fleurs inconnues. La vie quoi.

voyeur

Bien sûr il faut du temps à perdre pour coller le nez à sa fenêtre mais le spectacle est délicieux. A mort, les rideaux, les persiennes, les stores. Laisse moi te mater et je te dirais qui tu es.

voyeur