Le Scan facial pour la police : la fin des libertés ?

La magie de la biométrie

On connaissait déjà l’armée de caméras de surveillance (Coucou Big Brother). On connaissant aussi la « note de confiance » octroyée aux citoyens conditionnant l’accès à certains services (Épisode 1 Saison 3 de Black Mirror). Mais on a l’air de franchir une nouvelle limite en terme de surveillance et de privation de libertés.

chine

Pour plus de pression, la nouveauté concerne la police chinoise qui se dote de lunettes à reconnaissance faciale. Et comment ça marche ? Il s’agit de lunettes de soleil (pour le style) qui prennent les mesures de ton visage avec une caméra et compare ces éléments avec la base de données des citoyens identifiés. La SF devient réalité et ça fait flipper. Imagine un monde où tu peux être identifié en quelques secondes et arrêté dans le même temps, même pour un délit mineur, les gestes d’incivilités, boire un coup de trop, bref tu l’as compris. Le tout répressif. Braver un interdit, même petit, deviendra impossible. Le regard de l’autorité te poursuit dans les moindres recoins. Et alors quoi ? Les gens changeront de visage comme dans le Volte Face de John Woo?

À LIRE :   540kg de weed disparaissent. Réponse : "La police plane à 10.000 et n'est pas joignable actuellement"
chine

Les premiers tests à Zhengzhou ont été concluant pour les autorités qui comptent bien démocratiser la chose. L’entreprise chinoise LLvision  à l’origine de l’outil ne cache pas non plus son envie d‘exporter le projet. L’usage commerciale de la reconnaissance faciale est déjà là. Ici, on parle d’un usage répressif. A quand les mini-mitrailleuses sur les montures ? On arrête pas le progrès.

chine