Le Beverley, le dernier cinéma porno parisien tire sa révérence

La fin d’une ère…

porno-stephane-de-sakutin                                  Stephane de Sakutin

Un endroit unique s’apprête à fermer ses portes. Le Beverley, dernier cinéma X parisien va disparaître après l’annonce du départ à la retraite de son éternel gérant, Maurice Laroche, présent dans l’enceinte depuis 1983. La fin d’une ère durant laquelle des curieux ou des habitués se sont délectés devant des films où le sexe est roi. Aujourd’hui, le cinéma a comme clients des retraités fidèles depuis 30 ans et des jeunes en quête d’un cinéma vintage aux codes sexuels d’antan. Mais pas suffisant pour perdurer ! Maurice Laroche n’a pas trouvé de repreneur malgré l’originalité du décor et du concept de l’endroit.
Bien installé dans les sièges couleur pourpre de l’unique salle du cinéma, on pouvait y admirer du porno aux scénarios à l’ancienne, bien ficelés avec « des femmes natures », autrement dit « des seins qui ne sont pas refaits et un sexe avec des poils », confie Maurice Laroche. Dans le noir, les couples se lançaient dans des parties de jambes en l’air après l’excitation suscitée par des films tel que La comtesse est une salope.

 porno-amandine-leblondAmandine Leblond

Aucune autre enseigne ne devrait prendre le relais du dernier bastion du porno. Les nostalgiques du porno projeté depuis des pellicules 35 mm n’auront d’autre choix que de se tourner vers le streaming et ses films aux scénarios plus hardcores et sans réel fil conducteur. Aah la triste époque !

porno--Christian-Hartmann                                  Christian Hartmann

porno-amandine-leblondAmandine leblond

amandine-leblond                    Amandine Leblond