Le purple drank, pas si bon délire que ça ?

On devrait peut-être le laisser à nos potes ricains

purpledrank

On le connaît sous biens des appellations différentes: lean, syrup, syzzurp, codé-sprite, Texas tea … tous ces noms sont associés au même mélange: le purple drank. Ce cocktail à base de sirop contient de la codéine et de la prométhazine, associé à un soda comme le Sprite, le Canada Dry, le 7 Up ou le Mountain Dew (on ajoute du colorant pour lui donner une jolie couleur envoutante ) Les effets ? devenir détendu, plus « fly » que si tu avais fumé un joint.

purpledrank

Aux States, le syrup est déjà incontournable chez les lycéens et étudiants et on comprend pourquoi : les rappeurs américains en font une énorme promotion soit dans leurs sons, dans les clips, parfois même sur les réseaux sociaux .. Une tendance qui affole la sphère médicale, et particulièrement en France où les soirées lean commencent seulement à émerger.

À LIRE :   Speakeasy et bars "secrets"
purpledrank

En France, les jeunes consomment le purple drank surtout en after après avoir pris de l’ectsazy. Selon certain, le mélange permettrait de redescendre pour pouvoir dormir tranquillement. Cependant cette consommation reste assez limité, car ( étrangement ) le cocktail a une assez mauvaise réputation chez les français. Peut-être est-ce du au fait que le mélange n’est pas aussi bien réalisé qu’avec les produits qu’on trouve aux USA ? En tout cas les effets désirés ne semblent pas correspondre aux attentes du consommateur qui, au fond, voulait juste faire comme ses idoles rappeurs.

purpledrank purpledrank

Si aux Etats-Unis le danger semble banalisé, on espère mieux pour la jeunesse française. Ainsi, la vente de codéine sans ordonnance est devenue interdite en pharmacie depuis le 12 juillet 2017. Une bonne nouvelle ? Peut-être bien, car même si c’est très joli avec sa couleur violette, on ne se défonce pas au sirop pour la toux, enfin !

purpledrank

Pik&Crok