Nature et psychédélisme règnent en maîtres dans l’art de Miguel Chevalier

À deux heures de Paris, plongez dans une nature artistiquement psychédélique.

Au loin, un dôme aux reflets holographiques se détache calmement de la végétation. Des bruits de craquements, un murmure, une vibration sourde, le sifflement étouffé du vent… Lorsque l’on entre dans le dôme, c’est un kaléidoscope de formes organiques qui nous engloutit lentement, chaleureusement. On avance en douceur vers l’inconnu, vers cette musique sourde et réconfortante, vers ce qui pourrait être un chaos organique… La musique originale du compositeur Jacopo Baboni Schilingi  est une musique générative. C’est à dire, que comme la nature de Miguel Chevalier, la musique se génère et régénère en temps réel.
Pour sa musique, Jacopo Baboni Schilingi a exploité des sonorités issues du monde naturel : des sons concrets qu’il a pu enregistrer lors de ses voyages. Sa musique est calme, apaisante et envoûtante. Il a composé un système qui génère des sonorités qui invitent à la méditation.

C’est alors que les yeux s’ouvrent soudain sur une myriade de formes végétales projetées sur un plafond concave. Des fleurs apparaissent puis disparaissent, de gigantesques tiges s’entrelacent lentement puis s’évaporent dans le silence… Bienvenue dans le dôme que Miguel Chevalier a imaginé et crée.

Art contemporain et patrimoine historique

art-chevalier
Château de Chaumont sur Loire, à deux heures en train de Paris.
art-chevalier
Trans-Natures

L’immensité de l’espace réside dans cette alliance à la fois subtile et violente entre la représentation de la nature et la création digitale contemporaine. Nous sommes dans ce que l’artiste a appelé Trans-Natures, au beau milieu du domaine de Chaumont sur Loire, à deux heures en train de Paris. Et autour du dôme, ce sont plusieurs dizaines d’oeuvres in situ qui se sont installées pour la 9ème saison d’art du Château de Chaumont sur Loire, présidé par la très chaleureuse Chantal Colleu-Dumond, aussi directrice.

C’est en 1992 que Chantal développe le Festival Des Jardins, évènement mondialement connu et reconnu où environ 600 espaces verts servent de tableaux aux paysagistes. Point de départ d’une très belle histoire, les 32 hectares disponibles sont l’occasion non-seulement d’offrir aux visiteurs une bouffée d’air frais, mais ils sont aussi le théâtre d’installations in situ d’artistes contemporains. Pour 2017, ce sont dix artistes internationaux que la charmante Chantal Colleu-Dumond a conviés afin de s’exprimer dans la nature autour d’un thème commun. Sam Szafran, El Anatsui, Sheila Hicks, Stéphane Guiran, Marie Denis, Karine Bonneval, Andrea Wolfenserger, Davide Quayola, Rebecca Louise Law et Miguel Chevalier sont les heureux contributeurs installés cette année dans ses jardins, donc.Et c’est une réussite, car en pensant le Festival des Jardins, elle donne un nouveau souffle à l’ancien et redore l’image du Château en l’érigeant en centre d’art et de nature où la création contemporaine rencontre l’Histoire de France. Elle entretient ainsi le lien entre art, nature et patrimoine avec une assurance et une grandeur fascinante.

À LIRE :   La campagne poignante d'Amnesty International

Psychédélisme organique et dôme miroitant

art-chevalier art-chevalier art-chevalier

En invitant Miguel Chevalier à installer son dôme holographique au coeur de la nature, Chantal Colleu-Dumond dit elle-même qu’elle a pris un grand risque; qu’elle ne regrette cependant absolument pas. Son installation immersive propulse les visiteurs dans un espace-temps où la Nature règne en maîtresse, englobant chaque individu dans un cocon de lumière et de vibrations. La perception est troublée par ces plantes digitales projetées au plafond, qui se reflètent ensuite sur des miroirs inclinés et dans un sol effet miroir. On est comme hypnotisés. Lovés dans ce monde digital fabriqué de toutes pièces mais si proche d’une réalité qui serait surdimensionnée. Entre réel et virtuel, le règne végétal se construit grâce à Miguel Chevalier, qui tend à lier l’organique et le digital dans une oeuvre numérique « In – Out / Paradis Artificiels » installée dans l’espace public.

art-chevalier

Originaire de Mexico, Miguel Chevalier se hisse gracieusement et avec une incroyable modestie au rang des grands artistes contemporains d’un siècle chamboulé par les technologies numériques. Son regard ne juge pas l’évolution de notre monde, mais l’appréhende avec des interrogations.
Quelle relation entretiennent la nature et l’artifice ?
Comment représenter les flux et les réseaux d’une société ultra-connectée ?
C’est sûr, l’organique se retrouve dans l’ensemble de son travail que les outils numériques projette dans un futur proche.

Quoi de plus naturel alors, que de retrouver son dôme psychédélique « Trans-Natures » au beau milieu du domaine de Chaumont sur Loire ?

Le Festival International des Jardins est ouvert tous les jours du 20 avril au 5 novembre, de 10:00 à 20:00.
Le Château et le Parc Historique sont ouverts toute l’année, et les expositions sont visibles du 1 avril au 5 novembre.
Passer une journée au domaine coûte entre 18 et 6€, et donne accès à l’ensemble des activités (jardins, château et expositions).
Et pour s’y rendre, deux heures de train au départ de Paris suffisent ! Alors, on n’hésite plus. 

Elisa Barbier