Tu croyais être unique avec ton look ? Dommage, tu as tort.

Un alphabet du look raconte comme nous sommes en fait, tous pareils dans notre différence.

Le 21ème siècle est un siècle tourmenté, chamboulé, et traversé d’un bout à l’autre par le changement. Grâce à Internet, la planète quasi toute entière a accès à l’information, permettant l’ouverture vers l’extérieur, mais aussi la perte de repères. Qui croire ? Qui suivre ? Comment dénouer le vrai du faux ? Comment se distinguer de tous ces gens affichant leur vie sur Instagram ? Comment exister ?

look
Photo de Terry Richardson

Et oui. On s’en pose, des questions, au 21ème siècle. Une des questions les plus importantes est d’ailleurs inhérente à la notion d’identité personnelle. L’océan Internet engloutit les plus petits poissons et fait grossir les plus égocentriques. Et pour se distinguer, on fait des selfies, on raconte sa vie sur Facebook, on part en voyage sur YouTube et on s’habille différemment des autres. Mais es-tu sur.e d’être si original.e avec ton headband, ou avec ta veste en jean de motard ? Pas certaine.

look
Couverture d’un des livres Exactitudes

Exactitudes, c’est une série de livres regroupant des milliers et des milliers de portraits pris par Ari Versluis et Ellie Uytterbroek. Les deux artistes originaires des Pays-Bas ont un goût certain pour l’analyse et l’observation des gens qu’ils croisent chaque jour. Dans la rue, au café, en courses, au bowling, à la gare, sur une aire d’autoroute. Ils photographient tout le monde, partout et tout le temps. Le dénominateur commun de toutes ces personnes rencontrées dont le portrait a été tiré sur fond blanc immaculé ? Les vêtements, considérés comme de réels vecteurs d’identité sociale par les deux artistes. Pour eux :

La mode vestimentaire est de plus en plus globalisée. Les gens s’habillent partout de la même façon, dit Ari dans un article de Télérama.

Ils se définissent d’ailleurs comme des profilers, c’est-à-dire des chasseurs de tête.

50 à 80% des gens sont habillés n’importe comment, ce sont les autres qui nous intéressent.

Ari et Ellie accumulent et collectent les portraits pour ensuite les trier, les classer et les regrouper au sein de « catégories » qu’ils définissent par des mots-clés parfois hilarants…. Dans leurs livres semblables à un herbier ou un alphabet vestimentaire, on constate qu’en fait, notre pote au style si spécial avec son petit polo et son bermuda n’est pas si original que ça. On découvre une classification des styles selon les codes de chaque culture ou sous-culture, pour arriver à établir une « panoplie » très subtilement pensée par chaque personne pour s’identifier aux autres de son groupe. Alors, le United American colle au cliché du bon campagnard classique, le Grand Hello Tour montre comme les touristes se ressemblent avec leur appareil photo et leur bob, et les What’s up G? se la jouent cool et détente avec des tatouages sur tout le corps, la même casquette et le même slip qui dépasse que son pote. Le constat aussi réaliste que décevant pour certains que les deux artistes font se résume au simple fait que :

Nous sommes tous des clones.

L’attitude et l’apparence que chacun adopte renvoie un signal très fort aux autres qu’ils analysent et décryptent inconsciemment, pour « mieux nous connaître ». Sans nous parler.

look
Topshoppers
look
Skaters
look
Omen
look
Mwarh !
look
Gabberbitches
Elisa Barbier