Ce que vous ne savez pas sur le kamasutra

Petite histoire d’un traité du sexe qui est bien plus que ça

– La traduction en français de « kamasutra » est assez énigmatique

Parce que, tu le savais peut-être déjà, mais c’est pas la langue de Molière. Kamasutra est un mot sanskrit et ça veut dire « les aphorismes du désir » (ou de l’amour, ça dépend des traductions).

kamasutra

– C’est un ouvrage en plusieurs tomes

7 pour être précis. Et à l’intérieur de ceux-ci, 36 chapitres et 1511 slokas, qui sont des strophes dans la culture indienne.

– Il serait plus correct d’utiliser le mot kamasutra au pluriel

Parce que c’est plein de textes qu’on a mis ensemble. Certains disent même que ce sont des écrits au moins aussi vieux que la civilisation indienne elle-même. C’est dire. Et pour la petite anecdote, la première traduction française date de 1932 et on la doit à Jean Fort. Tu pourras te la péter maintenant.

– Ce n’est pas qu’un bouquin sur le sexe

Ça paraît évident mais mieux vaut le rappeler. Mais faut quand même bien avouer que ça tourne quand même assez souvent autour de ce genre de sujets. Exemples : comment séduire une dame pour ensuite l’épouser, comment se comporter avec elle, comment se comporter avec les épouses des autres, etc. Ce n’est que la deuxième partie du livre qui se penche sur le sujet, en présentant les différentes manières d’embrasser, les morsures et griffures, ce genre de choses.

kamasutra

– Éléphante, lièvre, biche… Pourquoi ?

Parce que suivant leur morphologie les hommes et les femmes sont considérées différemment. La taille compte dans le kamasutra, mine de rien. Dans le livre ancien, une femme est appelée biche, jument ou éléphante en fonction de la profondeur et de la circonférence de son vagin. Les hommes sont quant à eux des lièvres, des taureaux ou des chevaux suivant la taille de leur sexe. Les textes originaux conseillent vivement de trouver un partenaire compatible.

À LIRE :   Boire un verre dans le camping car de Breaking Bad c'est possible
kamasutra

– Personne n’en connaît l’auteur

Ou les auteurs en tout cas, puisqu’on vient de dire qu’il s’agissait de plusieurs textes. Quoi qu’il en soit le plus connu de ces auteurs se nomme Vâtsyâyana. Il était indien et, d’après la légende, il aurait personnellement vécu tout ce dont il parle dans le kamasutra.

kamasutra

– Il existe un alphabet du kamasutra

Ça s’appelle The Kamasutra Project et on le doit à l’illustratrice Malika Favre. C’est animé et ça représente les positions du kamasutra. Pas toutes mais quand même. Tu peux retrouver toutes les lettres ici si ça t’intéresse. Elle devait simplement faire une couverture au départ, mais elle a décidé d’approfondir.

kamasutra

– Le kamasutra comporte 64 positions en tout et pour tout

Contrairement à certains bruits qui circulent, les positions ne sont pas infinies. Elles sont célèbres dans le monde entier, mais ne représentent en réalité qu’une minuscule partie de l’ouvrage. Et aucune illustration ne vient accompagner ces 64 positions, présentées dans le tome 2 du kamasutra. La fin d’un mythe.

kamasutra

– Un prêtre polonais a écrit une « version catholique »

Beaucoup appellent son livre « le kamasutra catholique », et Ksawery Knotz, son auteur, n’en a pas honte. L’Église non plus, puisqu’elle a entièrement validé le principe. Le succès est au rendez-vous, les 5 000 premières copies du livre ayant trouvé preneur. Il sera donc réédité en d’autres langues, affirme l’éditeur.

kamasutra