Le Graff Tours, une autre façon de visiter New-York

Marre des bus à impériale ringards avec tes parents ? Rendez-vous au Graff Tours !

 

Graff

 

Le Graff Tours de New-York a lieu chaque année et propose aux amateurs de graffiti de visiter le Lower East Side avec le point de vue des graffeurs. Les guides de ce tour un peu atypique sont d’ailleurs eux-mêmes des graffeurs, présentant le travail de leurs homologues et le leur. En plus de présenter les graffitis du quartier, les guides organisent même des ateliers de graffiti pour les non-initiés. Ces guides proposent d’ailleurs de nombreuses visites à des classes de primaires, amenées par leurs professeurs, comme le rapporte The Guardian.

 

Graff

 

Graff

 

Graff

 

Peintures murales et tags sont présentés aux visiteurs, et l’un des aspects qui plaisent le plus dans ce tour de New-York par rapport aux très nombreux autres tours de la ville, c’est l’éphémérité des œuvres observées. En effet, ce tour ne peut durer que quelques jours, car toute œuvre de street-art est vouée à disparaître.

 

Graff

 

Graff

 

À LIRE :   Noël Alvarenga et ses visions de vie
Graff

 

Une autre qualité du Graff Tour, ce sont les guides. Etant eux-mêmes des artistes de rue, ils connaissent la vie du graffeur, notamment l’utilisation d’applications, et de plateforme de e-commerce du graffiti moderne, telles que Big Cartel, qui leur permet de vendre leur travail, et des produits dérivés. Les guides font aussi de l’éducation sur la légalité du graffiti : si on a l’autorisation de graffer sur la porte d’un restaurant, on la garde sur soi au cas où la police débarque, par exemple.

 

Graff

 

Graff Graff

New-York est le berceau du street-art, tous les quartiers ou presque étaient tagués dans les années 1970. Aujourd’hui, de plus en plus de lieux sont détruits ou recouverts, comme « La Mecque du graffiti », 5 Pointz, ce bâtiment de 20 000 m² où des artistes de toute origine réalisaient des œuvres colorées, qui a été recouvert de peinture blanche, et détruit il y a peu. Ce Tour est donc aussi un moyen de revendiquer ce droit au graff, cette identité de ville du graffiti, cette Cosmopolitanie du street-art.