Qui sont les trolls ?

Un documentaire part à la rencontre des trolls à travers le monde

The Internet Warriors, documentaire diffusé par The Guardian, s’est intéressé aux trolls, diffusant leur mécontentement et haine sur Internet. Le réalisateur norvégien de 26 ans, Kyrre Lien a rencontré lors de ses trois dernières années des haters du monde entier afin de décrypter leurs motivations. Sont-ils tout aussi haineux dans la vie réelle ? Revendiquent-ils vraiment leur prise de position, ou profitent de leur lâcheté seulement à travers un écran ?

Robert s’insurge contre les migrants, Roger est enfreint à l’idée de la diversité, Sina n’hésite pas à atteindre rapidement le point Godwin, Alexandra juge anormal les LGBT et Ashleigh insulte Lady Gaga. Tous ont en commun une opinion tranchée qui se déverse sur la Toile, et une méfiance envers les médias et leur gouvernement. Leur besoin de s’exprimer se traduit alors en débats, exutoires d’émotions sans fin. Ces personnes se différencient cependant par leur nationalité et sexe, ainsi que des propos que certains regretteraient presque car désormais jugés trop indécents.

À LIRE :   Auroville, la cité idéale existe
trolls

Le documentaire s’inscrit dans l’engouement porté à la chasse aux commentaires haineux. Le Time Magazine consacrait sa Une en août 2016 au sujet en ouvrant le débat suivant : « Pourquoi sommes-nous en train de perdre Internet au profit de la culture de la haine ? ».

trolls

Plus récemment, un site norvégien oblige ses lecteurs à répondre à un court QCM sur l’article lu afin de les obliger à prendre du recul avant d’écrire des commentaires impulsifs. Enfin, Google a lancé Perspective, une intelligence artificielle qui modère en amont les commentaires afin de déceler d’éventuels trolls.

trolls

Les haters sembleraient en voie d’extinction, mais si leur fureur s’amenuiserait, leur bruit continuerait à s’épandre sur la Toile et élever la liberté d’expression à son paroxysme. Sans pincettes, les trolls créent la polémique et la plus sage décision serait alors la suivante : « Don’t feed the trolls »