L’Iran, loin de ses clichés

Un pays à double facette mis en lumière par Hossein Fatemi

Le photographe iranien Hossein Fatemi photographie son pays depuis une quinzaine d’années. Né en 1980, soit un an après le commencement de la république islamique qui régit encore actuellement le pays, sa série photographique  An Iranian Journey souligne la diversité et multiples contrastes de la société iranienne.

Iran Iran

 

L’image populaire d’Iran véhiculée par les médias est celle d’un gouvernement oppressif aux idéologies ultra conservatrices et aux libertés restreintes. Alors que le pays souhaiterait promouvoir une facette pieuse, Fatemi explore l’autre image, celle de la jeunesse (plus de 60% de la population a moins de 30ans), qui fume, boit, joue de la musique, fait la fête, se mélange. Dans l’espace privé, les jeunes iraniens testent les limites des lois en vigueur pour vivre intensément, et bravent souvent les tabous et interdits. Il est par exemple interdit de jouer de la musique autre que traditionnelle, se réunir entre hommes et femmes s’ils n’appartiennent pas au cercle familial, et l’alcool et autres substances ne sont pas vus d’un bon oeil.

À LIRE :   Ce que vous ne savez pas sur Danny Boyle
Iran Iran Iran

Mais loin d’être une réalité facile pour tous les jeunes iraniens, le photographe a rencontré quelques difficultés pour shooter sa série. Des rendez-vous ont en effet été annulés au dernier moment, les personnes ayant trop peur de se faire reconnaitre sur les photographies et ainsi perdre leur emploi ou craindre des représailles…

Iran Iran