Messages de dealers

Petit précis de la « linguistique de l’illicite ».

C’est ainsi que débute le préambule du premier bouquin Dis-leur d’Alexis Sequera, paru le mercredi 18 janvier aux éditions Pressure. Ce fanzine répertorie une centaine de messages de dealers, sans fioriture. Entre SMS promotionnels et langage codé, les revendeurs de dope sont les nouveaux poètes de notre siècle.

textos dealersEmballé, c’est pesé ! Après 3 ans de récolte, ce comédien de 34 ans a réussi à compiler ces textos signés d’une trentaine de fricoteurs des bas quartiers français. Phrases courtes, économie de lettres, les dealers sont restés avec les forfaits limités des années 2000. Mais leurs newsletters de la came n’en restent pas moins originales, métaphoriques et parfois touchantes. Tous les moyens sont bons pour vanter la qualité inégalée de leurs produits illicites.

Ni pro, ni anti-drogue, Alexis a simplement voulu partager ces doux mots aux connotations capitalistes. Sans demande il n’y aurait pas d’offre et vice versa. Les dealers l’ont bien compris et ne lésinent pas sur les formules habiles pour appâter les acheteurs éventuels. « Offre de fin d’année : 5 repas achetés, 1 offert. Nouvelle recette bombe atomique. Bisous. » Chacun y trouve son compte : le flouze d’un côté et la dope de l’autre.

À LIRE :   Uber t'offre 10 000 km de courses !

Au fil des pages, ce recueil dévoile une amabilité franche à coup de « salut les loulous » et de « bisous les cocos« . Les messages se ressemblent sans toutefois perdre de leur singularité. Certains sont cash, tandis que d’autres demandent un réel retournement de cerveau : « Salut, c’est Francis, le livreur à Nelson, c’est pas moi là, c’est François. » Mais encore ? Alexis dresse une sorte de lexique du langage illicite où l’on retrouve régulièrement Chantal, Coralie ou Marie-Danielle « Dispo 24/24, 7 sur 7« . Oui, on parle toujours de came.

textos dealers textos dealers