Comment les soldes d’hiver vont tous nous tuer

Cette année encore, les soldes d’hiver sont l’occasion pour nous d’avoir un peu plus de crampes d’estomac.

Le 3 janvier 2017, Toluna a réalisé un sondage publié par la suite sur le site LSA, pour estimer la fréquentation des prochaines soldes d’hiver. 1515 personnes âgées de 18 ans et plus ont répondues à plusieurs questions, nous permettants de savoir que 72,4% des Français ont l’intention de participer aux soldes, contre 75% l’année dernière. Le budget moyen des Français dédié au shopping sera de 221,78€, ce qui représente une hausse de 2,9% par rapport à l’année dernière. Cependant, cela reste moins que les années antérieures à 2016.

Nous, la seule chose à laquelle on pense, c’est que 72,4% des Français vont se ruer à grands pas dans les magasins dès la sortie du travail, et pire, le premier week-end des soldes. Quand toi, tu ne voudras que rentrer chez toi, où tu seras ENFIN peinard.
C’est clair comme de l’eau de roche : les soldes vont nous faire péter un plomb. Pour plusieurs raisons.

Les soldes, ça rend les gens moches.

soldes soldes

 

Ah, impossible de parler des soldes sans parler de notre marque espagnole chérie : Desigual. Une stratégie marketing du feu-de-Dieu avec un concept innovant et délirant, celui d’arriver en sous-vêtements et de repartir habillé gratuitement de la tête au pied en Desigual. Dès l’annonce de l’évènement, un certain nombre de personnes (on ne préfère pas savoir combien) s’est pointé, cul presque nul, devant les portes de l’enseigne.
Et puis, personnellement, j’ai plusieurs personnes dans mon entourage qui ont eu la chance de travailler au sein de la marque épileptique. Je me devais d’honorer leur courage en parlant de cette expérience Ô combien inoubliable ils ont vécue. 😉

Les soldes, ça rend les gens faussement heureux.

 

soldes
Modèle de richous.
soldes
Ah, c’est déjà mieux là.

D’une part, les soldes sont un prétexte pour les consommateurs afin d’aller claquer leur prime de Noël : 0% d’utilité. Surtout lorsque l’on achète un truc cher, moche, qui ne nous servira à pas grand chose. Excuse numéro 1 : j’étais dans l’euphorie de l’achat ! Et voilà, le mousqueton dont le coût équivaut à 3 journées de travail ressemble comme deux gouttes d’eau à celui dont tu te sers à l’escalade. Merde.

Les soldes, ça rend les gens cons et nerveux.

Une étude réalisée par le cabinet Technologia et publiée le 8 février 2010 rend compte de l’impact des déplacements en transports en commun sur la santé physique et morale des usagers. Ainsi, 15 à 20% des 8 millions de voyageurs seraient concernés par le stress des transports.
Ça, c’est en temps normal, autrement dit en période hors-soldes. On te laisse imaginer l’état des gens dans le métro à 19:30 le mercredi soir des soldes, qui trébuchent sur les p***** de sacs de leur voisin, ou se prennent un angle de boîte à chaussures en slalomant sur les quais du métro. On va préparer nos sachets de Gaviscon à emporter, nous.

Les soldes, ça rend les gens plus attachés aux valeurs essentielles.

Tout au long des soldes, même chez Monoprix, les maîtres-mots des pauvres gens venus acheter juste une brosse à dent et 1 kg de tomates seront : patience et tolérance. Voilà des dictions à imprimer et à offrir à qui vous voulez, en guise de soutien :
Proverbe sur la patience

La patience vient à bout de tout.
D’un petit gland sourd naît un grand chêne. (il était drôle, celui-là)
Un moment de patience peut préserver de grands malheurs, un moment d’impatience, détruire tout une vie. (TRES IMPORTANT dans le cas où une personne serait toute rouge, le regard fermé, et les sourcils froncés suite à la bousculade d’une autre personne dans un p***** de rayon)

Proverbe sur la tolérance

Le meilleur aboutissement de l’éducation est la tolérance.
La tolérance est la charité de l’intelligence.
La tolérance n’a jamais excité de guerre civile, l’intolérance a couvert la terre de carnage. (à donner à la même personne qu’un peu plus haut)

Il devient urgent pour moi de passer faire du shopping-express, mais à chaque fois, une excuse pointe le bout de son nez et me fait changer de direction. Parfois, la procrastination a du bon ! Et au moins, ça m’évitera de prendre part à de telles scènes.

Bon courage, et pense au Gaviscon !