La ville la plus froide et la plus polluée s’appelle Norilsk

À l’extrême nord de la Sibérie se trouve une ville pour le moins particulière…

Située au dessus du cercle polaire Arctique, Norilsk est la ville la plus septentrionale (au nord) et la plus froide du monde entier. Elle compte environ 180 000 habitants en 2015 pour une superficie de 4 520 km2. Et si ça ne t’évoque pas grand chose, voici de quoi comparer : Paris intra-muros compte 2 244 000 d’habitants en 2015 pour une superficie de 105 km2. Voilà, donc là, tu réalises que ce qu’il y a le plus à Norilsk est le vide et la neige. Et depuis presque 100 ans, elle abrite une des plus importantes société russe d’exploitation de nickel et de palladium représente les 3/4 de la production mondiale : Norilsk Nickel.

ville

Norilsk est construite à partir de 1920 après qu’un géologue ait découvert de nombreux gisements de cuivre, de nickel et de platine. Cet homme sent plutôt bien l’affaire, si bien qu’en 1930, Staline décide d’installer le goulag « Norillag » près des gisements afin de pouvoir exploiter ces derniers. Entre 1930 et 1950, près de 500 000 prisonniers travaillent à l’extraction des matières premières de la région tout en édifiant à la force de leurs bras, la ville de Norilsk. Des dizaines de milliers de personnes y trouveront la mort.

En 1956, l’effondrement de l’URSS permet à la ville polaire de passer du statut de goulag à municipalité. Sauf que voilà, les conditions climatiques sont extrêmes, et la pollution à son apogée… Il est plus que difficile d’attirer la main d’oeuvre « volontaire ». Pour remédier à ce déficit, l’entreprise Norilsk Nickel offre des salaires supérieurs à l’accoutumée ainsi que des avantages en nature comme des vacances plus longues et des billets d’avion gratuits.

À LIRE :   Une ville bleue en Inde

Mais bon. Avec un chiffre d’affaires en 2005 de 11,6 milliards de dollars, la place de principal producteur d’or en Russie, et un classement parmi les 10 premiers producteurs de cuivre au monde, tu penses bien que la société Norilsk n’a que faire de la santé morale et physique de ses ouvriers. Il va de même avec les habitants de la ville.

Chaque année, l’usine rejète 2 millions de tonnes de gaz toxiques dans l’air (dioxyde de soufre, oxyde d’azote, carbone et phénols) soit autant que la France entière. L’herbe ne pousse plus, les arbres sont dépourvus de vie et les quelques baies et champignons daignants pousser sont malheureusement blindés de métaux lourds.

À cause du froid, les canalisations d’eau chaude et de chauffage sont responsables de l’affaissement rapide du sol, et de l’émanation dans l’atmosphère d’un gaz toxique, le méthane.

La photographe Elena Chernyshova est partie quelques jours à Norilsk pour comprendre cette ville où reine la pollution, le froid et le nickel. Elle était intriguée par les histoires sur le jour et la nuit que lui racontait sa mère lorsqu’elle était petite.
Crédits photos : Elena Chernyshova

ville
Norilsk se situe sur le plateau de Sibérie occidentale et au pied des montagnes de Putoran, culminant à 1700 mètres d’altitude.

 

ville
La longueur des galeries d’excavation souterraine dépasse les 800 km, et la profondeur des mines varie entre 450 et 2050 mètres.

 

ville
Le dioxyde de soufre est la source principale des pluies acides qui occasionnent de graves dommages sur la faune, la végétation et l’eau de la région de Norilsk.

 

ville
L’espace de la fonderie est rempli par les gaz d’émanation. Les travailleurs respirent à l’aide de tuyaux reliés à des ballons d’oxygène.

ville
Pour le mardi gras russe la tradition est de brûler un épouvantail représentant l’hiver pour accueillir le printemps.

 

ville
Les hivers à Norilsk sont longs et froids, avec une température moyenne d’environ -31 ° C en janvier.

 

ville
L’idée principale était de faire une ville idéale avec un plan simple et logique. Les bâtiments les plus anciens sont construits dans le style Empire de l’architecture stalinienne.

ville

ville
Les conditions climatiques, associées au manque d’espaces publiques pour se rencontrer, sont à l’origine d’un phénomène social.

ville
Le plan de construction de Norilsk a été établi dans les années 1940 par les architectes purgeant une peine (exil ou emprisonnement) dans le « Norillag ».

ville
Le manque de verdure en hiver qui dure 9 mois, et des espaces verts pendant l’été, pousse les gens à organiser des coins verts dans leur appartement et à recréer un microclimat de la nature qui s’oppose à la sévérité de l’hiver et offre une évasion visuelle.
Publicités