Violer et tuer… en option dans une télé-réalité

A la vie, à la mort dans « Game2 Winter« : l’Hunger Game pour de vrai

game winter

Ah les inventeurs de télé-réalité n’ont pas fini de saper notre humanité. On avait pu suivre une femme en stade terminal d’un cancer foudroyant dans la version britannique de Loft Story, ou des gosses âgés de 8 à 15 ans ans livrés à eux mêmes en plein désert du Nouveau-Mexique dans l’émission américaine Kid Nation… En 2017, on relève le niveau avec un tout nouveau concept, aussi voyeur que malsain: mettre en scène un combat pour la survie, le plus réel possible. Quitte à encourager les participants à flirter avec la barbarie, quitte à exposer aux yeux de tous, sans filtre, la souffrance humaine en plein direct. Bienvenue dans Game2 Winter là où « Tout est permis. Combats, alcool, meurtre, viol, tabagisme, tout« . Là où l’humanité s’avoue vaincue.

La survie à n’importe quel prix

game winter

Loups sauvages, ours bruns, froid glacial, famine, combats… Les candidats ne seront pas au bout de leur peine dans cette lutte acharnée contre la mort. Après avoir déboursé près de 158.000 euros pour l’inscription, les participants, 15 hommes et 15 femmes, seront lâchés en pleine jungle sibérienne sur 900 hectares de terres sauvages et devront survivre 9 mois … La durée du terrible combat pour la vie se voudrait presque symbolique. Sommairement équipé d’un simple couteau, chaque candidat devra se nourrir, ou plutôt chasser s’il ne veut pas se contenter d’insectes au diner. Il faudra aussi se construire un abri digne de ce nom pour survivre à l’hiver sibérien, soit environ -40 degrés … Sur l’île de « Lost« , le camp de fortune des passagers échoués semblerait presque cosy…

game winter

Grâce aux 2.000 caméras installées sur le site, les spectateurs pourront assouvir leur voyeurisme macabre en observant 24h/24h les misérables se déchaîner contre les forces de la nature. Bien sûr, en cas de membre déchiqueté par un ours qui a une grosse dalle, on te laissera pas crever… ou pas totalement. Un hélicoptère, mobilisé en permanence, interviendra si l’un des malheureux déclenche une sirène. Il faudra ensuite patienter pendant 30 longues minutes pour voir les secours arriver dans les confins de la Sibérie indomptée. En bref: le blessé aura le temps de se vider de ton sang. D’où la clause du contrat qui stipule clairement que « tous les candidats potentiels signent des contrats, en reconnaissant qu’ils pourraient être violés ou tués« .

À LIRE :   Déguster du vin dans un train en Californie ? Le rêve de toute une vie devient réalité
game winter
Yevgeny Pyatkovsky

C’est le big boss lui même qui l’a confirmé. Mais c’est qui le type à l’origine de cette merveilleuse initiative, remplie d’humanisme et de pacifisme?  Yevgeny Pyatkovsky, un entrepreneur russe généreux: en échange de la longue agonie, le (ou les participants) qui sera encore en un seul morceau à la fin du « jeu » empochera la modique somme d’1,6 milliards de dollars. Ba oui, une telle lutte sanglante et dangereuse, il fallait bien la rendre vendeuse!

Des règles à respecter tout de même… Vraiment?

Bon, la direction du jeu télévisé confirme toutefois que la loi russe s’applique quoi qu’il arrive et que tout auteur de crime pris sur le fait sera poursuivi et arrêté:

Nous sommes sur le territoire de la Russie, et ils doivent obéir aux lois de la Fédération de Russie. 

Une véritable contradiction puisque les règles du jeu laissent entendre que si le candidat arrive à échapper aux 2.000 flics déployés sur la zone, il pourra laisser le pire de son cerveau reptilien s’exprimer. Du meurtre au viol, tant que tu te fais pas gauler, la barbarie est clairement encouragée histoire de s’assurer une forte audience de téléspectateurs assoiffés de gore.

Il y a peu de chance pour que les grandes chaînes françaises obtiennent le droit de diffusion mais Internet ne connait pas la censure. Autant dire, que personne ne pourra échapper aux scènes bien trash qui risquent de filtrer. Game2 Winter, ou le degré 0 de l’humanité, débarque dès juillet 2017 sur nos écrans et nos fils d’actualité.