Le Two Tone Ska, entre musique et crise

Two Tone Ska, de Jamaïque jusqu’en Angleterre

Dans l’histoire du ska, le 2 Tone est classé comme sa deuxième vague, le produit d’une nostalgie pendant les eighties des musiques vintage.

1979, l’Angleterre Thatcherienne est en pleine récession, chômage de masse, grèves a répétition, répressions policières, montée des partis d’extrême droite (national front et british national party) et tensions raciales sont le lot quotidien de la population.

Two Tone Ska

La région des Midlands est particulièrement touchée par cette crise, c’est pourtant de Coventry que va démarrer un nouveau phénomène musical. Jerry Dammers y monte le label Two tone (Le terme a été inventé par Jerry Dammers, qui avec l’aide de Horace Panter, a aussi créé le logo et personnage fictif de Walt Jabsco représentant ce mouvement. Basée sur une photo de couverture d’un des premiers album de Peter Tosh et y incluant les fameux damier noir & blanc).

Two Tone Ska

 

Les groupes du label développent ce qui sera part la suite appelé le Two Tone ska. The Specials et The Selecter, les deux groupes phares du label, revigorent le Ska et le Rocksteady, directement débarqué de Jamaïque dans les bagages de l’immigration des années 60, en y injectant une bonne dose de guitare punk rock et quelques éléments de New Wave ( a noter que beaucoup des succès du Two Tone sont des reprises de classiques Ska/Rocksteady jamaicains et/ou de soul US).

 

 

Le son Two Tone va littéralement envahir l’Angleterre et ses charts, les groupes se multiplient : Madness, The Beat, Bad Manners, The Bodysnatchers… La jeunesse anglaise adopte le look Rude Boy, petit chapeau pork pie hat, costume trois boutons, chaussettes blanches, fine cravate noire, loafers noires.

 

Symbole aussi d’un désir de mettre fin à la haine raciale qui règne depuis des années dans le pays. Les groupes de musiciens ethniquement mélangés (une première a l’époque) essaient de prôner l’unité raciale dans le Royaume-Uni déchiré grâce à des paroles engagées promotionnant la mixité raciale et parlant des problèmes de la jeunesse british. En effet, pour cela, rien de mieux que de véhiculer ces valeurs par une musique festive telle que le ska, qui permet de lier les gens comme c’était le cas à sa naissance en Jamaïque, où on allait danser pour oublier ses problèmes en se réunissant dans les Sound-Systems. Ce qui n’empêchera malheureusement pas les émeutes raciales de 1981 qui éclateront à Londres.

 

Le label Two-Tone, racheté par Chrysalis Records, s’effondre en 1985, pourtant ce revival ska aura relancé et popularisé mondialement ce style musical. Aux USA, les toasters, Fishbone et The Untouchables vont reprendre le flambeau et préparer l’arrivée de la Troisième vague Ska… à suivre.

 

Tex Lacroix