« Submission going down » Et si c’était ça être punk ?

Joe Corre brûle l’équivalent de 6 millions de dollars pour critiquer l’hypocrisie du gouvernement anglais envers le punk.

punk
Joe Corré et sa mère, Vivienne Westwood

Samedi dernier, sur une péniche, c’était l’équivalent de 6 millions de dollars qui partaient en fumée, littéralement.

La personne a l’origine de cette initiative s’appelle Joe Corré, est âgé de 48 ans, a co-fondée la marque de lingerie Agent Provocateur, et est l’heureux fils du manager des Sex Pistols Malcolm McLaren, et de la célèbre styliste Vivienne Westwood. Tu l’auras compris, tu as devant toi le tableau d’une belle famille de punk ! Et parce que eux le sont depuis longtemps et le resteront jusque’à leur dernier souffle, l’action revendicatrice de Joe Corré n’est pas si surprenante que cela.

punk

S’il a brûlé l’ensemble de sa collection personnelle de vêtements punk dont la valeur marchande montait à 6 millions de dollars, il n’est pas faute d’avoir prévenu ! En mai 2016, il avait mis en garde l’Angleterre : si la reine Elisabeth a l’audace de fêter les 40 ans de l’album mythique des Sex Pistols « Anarchy in the UK » le 26 novembre 2016, alors il détruira immédiatement tout ce qu’il possède en rapport avec cette culture en signe de protestation. Et c’est bien ce qu’il a fait, et de surcroît avec le sourire ! All respect.

« Le punk n’a jamais, au grand jamais, signifié la nostalgie.(…) Il est devenu un autre instrument de marketing pour vendre quelque chose dont vous n’avez pas besoin. L’illusion d’un autre choix. La conformité sous d’autres atours. » affirme Joe Corre.

Cette année, Londres fête la culture punk et célèbre l’héritage du mouvement hors normes si caractéristique de la culture anglo-saxonne. Durant 12 mois, la Punk London s’étale de Camden Town à Nothing Hill, et propose des expositions, des concerts, des projections de films, et d’autres évènements racontant le punk. Soutenue par la reine Elisabeth herself, la British Library, et le Museum of London, la Punk London permet au grand public de découvrir ou redécouvrir cette culture ultra riche d’enseignements, mais n’est-ce pas un peu paradoxale que ce genre d’évènement soit subventionné par le pays ? Joe Corré semble tout autant remonté contre cette aberration :

« L’establishment a estimé qu’il était temps de célébrer le mouvement. Il tente de le privatiser, de le mettre en boîte, de le châtrer. Il était temps de tout mettre au feu », explique-t-il au Times.

De plus, n’oublions pas que la chanson des Sex Pistols « God Save The Queen » aujourd’hui devenu un classique et l’hymne d’une forme de révolution dans la société, est une reprise satirique de l’hymne national anglais. Que la reine Elisabeth vient d’honorer, le 26 novembre 2016. Logique.

À LIRE :   Bison Dele : l'histoire dingue du basketteur fou

Eh, comment s’étonner que Joe Corre soit dans l’excès, la provocation, et la revendication face à l’incarnation  de l’État ?!

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=yqrAPOZxgzU%5D
God Save The Queen sort le 26 novembre 1976

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=W2YIUMPkRh0%5D
Keep calm, and stay punk.