La vie mouvementée de Pablo Neruda au cinéma

Un poète communiste persécuté

Que ferait-on sans le cinéma et les nombreuses œuvres cinématographiques ? Chez Open Minded, on aime le 7ème art qui secoue et fait réfléchir. Dans cette même veine sort au cinéma le 4 janvier le biopic-polar Neruda.

En 1948, le poète et sénateur Pablo Neruda critique ouvertement le gouvernement. Le président Videla demande alors sa destitution et arrestation, peu enclin au penchant communiste de Pablo. Neruda et son épouse échouent à quitter le Chili et doivent alors se cacher. Un jeu du chat et de la souris commence, et Pablo Neruda deviendra le symbole pour la liberté et une légende littéraire.

 

Concentrons-nous un instant sur la vie de Pablo Neruda, une aventure palpitante. De son vrai nom Ricardo Eliecer Neftali Reyes Basoalto, il nait en 1904 au Chili. A 13 ans, il publie déjà ses premiers poèmes et textes et toujours aussi précoce, publie son premier livre à 19 ans seulement. Travaillant dans différents consulats au cours de sa vie, il n’abandonna jamais la plume aussi bien engagée ou plus douce dans des poèmes amoureux.

Pablo Neruda

 

Il adhère au parti du président Gonzalez Videla, avant de faire de se rétracter en observant le président devenir un dictateur anticommuniste. Fidèle communiste, Pablo est soumis à des persécutions l’obligeant à s’exiler. En Europe, il voyage et découvre un autre monde. En 1953 et 1955, il reçoit le prix Staline pour la paix et le prix international de la paix.

À LIRE :   Vandal : chronique adolescente qui sent bon le Posca
Pablo Neruda

 

Rentré au Chili vers 1970, il devient ambassadeur du Chili. Un an plus tard, il reçoit la consécration ultime pour ses écrits, le prix Nobel de littérature. Mais coup de théâtre en 1973, Pinochet accède au pouvoir au Chili avec un putsch militaire. Cette même année, Pablo Neruda meurt officiellement d’un cancer de la prostate. Mais des témoignages contradictoires émettent l’hypothèse d’un assassinat. En effet, à la veille de son exil au Mexique, un meutre l’aurait empêcher de témoigner des crimes du régime du général Pinochet. Ce n’est qu’en 2011 que le parti communiste chilien demande l’ouverture d’une enquête pour déterminer les causes exactes de la mort. L’exhumation en 2013 ne confirme pas la thèse de l’assassinat par empoisonnement. Mais récemment, le gouvernement chilien reconnaît qu’il y aurait pu avoir meurtre.

Pablo Neruda