New Balance soutiendrait Trump. La réaction n’a pas tardé

Des internautes se déchaînent et se rebellent pour montrer leur mécontentement.

new-balance

Plutôt risqué de lâcher ce genre de punchline en public…surtout quand on est un des patrons de la marque mondialement connue de sportwear New Balance.

Et si aujourd’hui, les équipes de l’entreprise sont dans de beaux draps, c’est à cause (ou grâce) à Sara Germano, reporter au Wall Street Journal américain.
La journaliste a retweeté il y a quelques jours les doux mots prononcés par un des boss de New Balance, ce qui a provoqué une vague de protestation sur l’ensemble des réseaux sociaux.

new-balance

Sara Germano reposte : « The Obama admin turned a deaf ear to us & frankly w/ Pres-Elect Trump we feel things are going tu move in the right direction. ».
Hop, ça, c’est fait. Pourtant, la marque dément ces propos en affirmant qu’ils font référence à la position de Donald Trump contre l’accord sur le partenariat transpacifique. Pour information, le partenariat transpacifique est un accord multilatéral de libre-échange, visant à intégrer les puissances émergentes des régions d’Asie-Pacifique et Amérique. Signé en février 2016, le traité aborde la réduction des droits de douanes, la propriété intellectuelle, le droit de l’environnement, le droit du travail, etc.
Chez New Balance, on ne serait pas pro-Trump voyons !
D’ailleurs, peut-être essayent-ils de convaincre autant les autres qu’eux-mêmes de cette « vérité » en affirmant que New Balance « croit en l’humanité« , évoque son « intégrité« , tente d' »améliorer » la vie des « communautés locales » et « accepte tous les modes de vie ».

Il risque d’être compliqué de démêler le vrai du faux, l’info du mytho. Car sur les réseaux sociaux, tout peut aller à une vitesse excessivement effrayante et prendre des dimensions insensées ! Mais ce qui est assez incroyable et qu’on va surtout retenir, c’est la vague de protestation des internautes et consommateurs suite à la diffusion de ces mots engagés.
Avoue quand même que c’est plutôt classe d’oser brûler, déchirer, jeter et défoncer ses précieuses chaussures afin d’affirmer sa position idéologique et politique.

À LIRE :   L'Indonésie, Ses plages, ses touristes, ses condamnations