Dale Lewis peint une culture anglais ultra-borderline et trash

La vie excessive et alcoolisée des anglais peinte sur 4 mètres de long.

Dale Lewis est un jeune peintre de Londres dont les scènes complètement what the fuck sont pleines d’humour noir, et surtout bien anglais. 

La dimension critique d’une œuvre d’art, c’est avec l’artiste plasticien Damien Hirst que le peintre Dale Lewis l’a travaillée en tant qu’assistant. Après deux ans et demi passés à ses côtés, l’as des pinceaux débute un nouveau voyage artistique avec Raqid Shaw, un artiste peintre indien dont les œuvres font écho à la religion et à un paradis onirique. Durant 4 années, Dale Lewis apprendra à maîtriser la précision du pinceau et l’alliance parfaite des couleurs ultra-criardes (parfois).

trash
Damien Hirst
trash
Raqib Shaw

Dale Lewis est anglais jusqu’au bout des ongles et montre des compétences plastiques surprenantes. Comparé au grand Jean-Michel Basquiat pour une brutalité dans le geste et le caractère revendicateur des tableaux , et assimilé à David Hockney grâce au travail du paysage sur d’immenses toiles de plusieurs mètres : certain que Dale Lewis a de très beaux jours devant lui… !
Cette année, il a été d’ailleurs exposé à la réputée Jerwood Painting Fellowship de Londres, une biennale réservée aux étoiles montantes de la peinture anglo-saxone. À la clé, un joli chèque de 10 000£.

À LIRE :   Le vêtement comme portrait avec Matija Cop

On espère que Lewis continuera d’estomaquer les visiteurs curieux avec ses peintures violentes et méga-drôles qui se moquent finement de la vie anglaise !
Les scènes subversives qu’il peint à l’acrylique, à la peinture à l’huile et à la bombe rendent compte de manière excessive d’une vie rythmée par la violence, le sexe, l’alcool et la drogue. Une orgie en plein club ; des funérailles complétement trash ; des jeunes posés dehors usant leur temps à fumer, boire et se battre ; ou encore des scènes de sexe gay.
Dans les toiles à taille humaine de Dale Lewis, la censure, les mœurs et les règles n’ont jamais existées et n’existeront jamais.

trash trash trash trash trash trash trash
Bisous et gare à la zouz’ !