capote et vin, pratique ou critique ?

Que Dieu vous bénisse de boire du vin et de ne pas mettre de capote !

Le préservatif pour bouteille de vin est une toute nouvelle invention. Novatrice, utile, pratique, et surtout très curieuse, ce petit objet fabriqué à partir de 100% de caoutchouc recyclé, est en plus, respectueux de la planète. De prime à bord, on a tendance à se dire que quand même, le 21ème siècle, c’est chouette. Mais n’y aurait-il pas un message plus fort derrière tout ça ?

vin vin

Inventé par un jeune anglais tout ce qu’il y a de plus normal, le préservatif pour vin est utilisable à l’infini (mais n’y allez pas trop fort non-plus), permet de conserver plus longtemps son alcool, et offre la possibilité d’un rangement sans contrainte. À l’horizontale, la tête en bas, à la verticale, en diagonale, on peut fourrer sa bouteille dans son frigo comme on le souhaite. En plus, force est de constater que le packaging a de quoi vendre du rêve à plus d’une belle bouteille : une petite pochette carrée dorée, rangée aux côtés de 9 autres dans une simple mais très classe boîte noire. Un emballage sexy créant le désir, mais déjà sold out… Tant pis, les plus déterminés devront attendre leur tour et prendre leur mal en patience, car la capote pour vin est « the ultimate protection for wine lovers! » (trad: la protection ultime pour les amoureux du vin!).

Que penser de cet objet ? Les considérations peuvent être multiples, allant de l’immensité de la découverte, à l’ingéniosité du système, en passant par son inutilité finie. Mais la portée critique pourrait être bien là ! Tapis dans l’ombre, menaçante, mais volatile…
Car en réfléchissant bien, l’image critique de la religion est forte : en utilisant le préservatif pour vin, on met avec précaution un objet interdit sur une représentation puissante dans la religion catholique.

Dans cette dernière, le vin est le Sang du Christ, sang s’étant échappé des blessures de Jésus lors de sa crucifixion. Mélangé à de l’eau (quand même), il est servi dans un calice, une jolie coupe sortie à l’occasion de l’Eucharistie. Cela peur paraître surprenant car on pense que le vin est prohibé. C’est faux, il est simplement déconseillé d’en boire en excès. D’ailleurs, dans l’évangile selon Saint-Jean, Jésus dit aux Juifs surpris que celui-ci donne sa chair à manger : « En vérité, en vérité, je vous le dis, si vous mangez la chair du Fils de l’Homme, et ne buvez pas son sang, vous n’avez point la vie en vous-mêmes.(…) Celui qui mange ma chair et boit mon sang, demeure en moi, et moi en lui ». Ok chef, pour être un bon chrétien et avoir la vie en soi, il faut boire du vin.

À LIRE :   Le pont aérien-souterrain entre Danemark et Suède
vin

Pour ce qui est du sexe, et plus particulièrement du préservatif, c’est une autre histoire. Interdit par la religion car « régulant » la création, il est un obstacle à la nature et à la mission principale de l’Homme sur Terre : avoir une descendance. C’est pour ces raisons qu’on trouve sur Catholique.org par exemple, ce genre de punchline : « L’Église a bien autre chose à dire sur l’amour humain que de vanter les mérites du latex… Elle est plus utile à la société, y compris dans la prévention des maladies sexuellement transmissibles, en éduquant à l’amour fidèle et à l’accueil de la vie qu’en prônant le sexe sans risque. ». Propre.

Ok chef, pour être un bon chrétien et aller au Paradis, il faut respecter le commandement de l’Église souhaitant que « la relation sexuelle soit ouverte à la vie ».

Le jeune anglais tout ce qu’il y a de plus normal à l’origine du préservatif pour vin, ne serait-il pas en train de bien se foutre de la gueule de la religion ? La question reste ouverte 😉