Plongée dans la minimal wave des années 80

Des synthés et du bidouillage pour un son DIY

Un documentaire et une mixtape diffusés sur Radio Kangol mettent à l’honneur la musique underground minimale dans les années 1980, en exacerbant le son artificiel du synthétiseur. 

 

En 2005, Veronica Vasicka a fondé le label Minimal Wave pour déterrer et rééditer des petites pépites oubliés de la scène minimale des années 80. Ancienne DJ à Brooklyn, elle ose jouer un son DIY de synthé minimal pendant un set, et à sa grande surprise, les spectateurs devinrent fous avec ce titre.

 

À LIRE :   Focus sur Melo-x, l'album de Bones et une petite playlist

Au croissement entre le punk et la new wave, les artistes inventèrent un nouveau style, en totale opposition du précédent courant des hippies, en utilisant des synthétiseurs et techniques d’enregistrement bas de gamme. Avec un son novateur, jamais entendu à la radio, les artistes bidouillaient leurs synthés pendant leur temps libre et partageaient leurs créations sonores avec leur amis. Des sons primitifs enregistrés à la maison désormais accessibles grâce au label Minimal Wave, qui d’un oubli profond leur redonne une seconde vie.

minimal