L’expérience Tel Aviv

Un été de fête

 

Je suis dans le train qui me mène pour le sud de la France, Aix en Provence pour être précis. Apres un séjour en Bretagne et une courte nuit sur paris, je me décide enfin à écrire cet article. J’ai dû quitter ma chère et tendre France pour un stage en Israël et plus précisément à Tel Aviv. Voyant mon projet se concrétiser, j’ai promis de nombreux articles à la rédaction sachant que mon séjour allait être hors du commun et riche.

Tel Aviv

 

Ces 5 mois à Tel Aviv n’ont été que folie, fêtes et rencontres. Pour être honnête, je suis parti sans rechercher quoi que ce soit, sans me renseigner et sans logement. Simplement un contact qui m’a proposé de faire ce stage que j’ai accepté immédiatement car je ne connaissais pas du tout le pays mais je connaissais Tel Aviv de réputation. Je ne pouvais pas refuser cette opportunité de partir à la mer au soleil dans une des capitales de la fête pour finir mon année. J’ai donc accepté et je suis parti.

Tel Aviv

 

Arrivé là-bas, j’ai retrouvé cette amie disparue depuis 5 ans qui m’a aidé à trouver ce stage. Quelques jours sur son canapé, et j’ai trouvé un logement dans l’un des meilleurs endroits de Tel Aviv, sur l’avenue Rothschild, pour ceux qui connaissent. Mon stage étant aussi sur Rothschild, le chemin à faire était plus que faisable.

Mais ce qu’il faut savoir c’est que tous les clubs sont proches de cette avenue… La fête dans cette ville ne s’arrête jamais. Alors comment gérer tout ça ? Concrètement on ne gère pas, on se laisse porter par les gens, leur énergie et leur simplicité. Là-bas il n’y a pas de méfiance, de jugement comme il peut y avoir ailleurs, c’est ce que tu dégages qui importe. Riche ou pauvre peu importe,  ta « vibe » c’est ce qui compte.

Tel Aviv

 

Pourquoi j’ai beaucoup aimé la fête dans cette ville ? Il ne faut pas confondre Israël et Tel Aviv. Cette ville est considérée comme un eldorado de liberté pour tout le pays. Pour se faire des potes, rien de plus simple, il suffit de parler aux gens autour de toi, personne ne va te regarder sans te répondre. Bien au contraire, tout le monde veut apprendre de l’autre et a conscience que cette mixité est source de richesse. Être négatif là-bas n’est pas bien perçu, il faut seulement être tourné vers le futur et kiffer l’instant présent. Quand tu as compris ça, tout va bien. Et tout peut arriver… Il n’est pas rare que plusieurs personnes m’aient proposé des petits remontants. Le but là-bas est que tout le monde passe une bonne soirée !

À LIRE :   Spécial Rock en Seine : Retour sur The Prodigy.

Si je devais me rappeler d’un weekend ou d’une semaine, ça serait celle de la gay pride. En effet, la célébration, ce n’est pas un jour mais 7 jours de fête. Il y a environ 5 soirées par jour pendant cette semaine. Je la commence donc avec quelques soirées sans excès pour pouvoir finir ma semaine de travail. Mais quand vient le weekend, la véritable folie commence : 3 jours de fêtes non-stop dans toute la ville. On enchaînait les soirées et oublions de dormir…

Le dimanche (ou premier jour de travail de la semaine en Israël), je regarde mon pote en sortant d’after et je lui demande naïvement :  « tu crois que on va trouver un taxi ? ». Il me regarde un peu surpris et réponds « bien sûr que oui, on est un jour de travail et il est 10h. »  Je reste un peu éberlué, il me dit : « bah oui on est dimanche ». Le temps que l’information monte au cerveau, je lui réponds « donc là je ne vais pas dormir, je vais travailler ? » Il me sourit et dit « oui, oui, oui c’est ça »

Tel Aviv

Je m’en rappellerai un bon moment de ces 5 mois de folie, de rencontres, de partage et de fêtes.

 

P.