Street art, quand le sexe envahit les murs

Street art sexuel en Belgique

Non ce n’est pas une blague à la sauce belge mais plutôt un nouveau style de street art. Les habitants du quartier de Saint-Gilles ont eu la surprise de découvrir une bite géante (au repos), peinte en noir et blanc sur un mur aveugle de l’avenue du Parc, juste en face d’un institut catholique #oops.

Mais alors, qui est le mystérieux justicier du sexe de rue ? Avec ses peintures sexuelles, beaucoup ont pensé que cette oeuvre n’était que le travail du street artist Vincent Glowinski alias Bonom, responsable de nombreuses peintures monumentales illégales en noir et blanc dans la capitale. Si vous ne le connaissiez pas encore, il a peint une oeuvre d’une femme se masturbant Place Stéphanie ou la peinture d’un vieillard nu sur la Petite Ceinture, à hauteur de la Porte de Hal.

À LIRE :   Ouzai, le nouveau spot street art libanais
bruxelles-le-mystere-de-la-bite-geante-02-511-511x383

La RTBF (Radio Télévision Belge Francophone) a donc posé quelques questions à « l’accusé » afin de savoir s’il en était le responsable. Bonom s’est ainsi défendu :

« Ce n’est pas moi bien entendu et je ne désire pas être mêlé à cette histoire! »

bruxelles-le-mystere-de-la-bite-geante-03-511-511x341 bruxelles-le-mystere-de-la-bite-geante-04-511

Le cdH (Centre démocrate humaniste) de Saint-Gilles a décidé lui aussi de donner son avis quelque peu restrictif. Selon lui, cette « chose n’a pas sa place à la Barrière de Saint-Gilles, ni ailleurs. »

Ces fresques ayant bien fait parler d’elle, on attend avec impatience de connaître la suite de l’histoire …