Le fromage serait aussi addictif qu’une drogue dure

Pour les junkies du fromage

Comme chacun sait, les français sont champions du monde de consommation de fromage. Que ce soit dans les pizzas, les sandwichs, la salade ou simplement avec du pain. Il est partout. Et entre la Mozza, le camembert, le brie, le parmesan, le chèvre et autre cheddar, notre coeur balance. Mais si nous aimons tant en manger, c’est peut-être parce que l’effet du fromage sur notre organisme est similaire à celui d’un drogue dure.

Selon une étude américaine, une raison neurologique pourrait expliquer notre amour inconditionnel pour ce dernier. En effet, il contient de la caséine. un type de protéine que l’on retrouve dans les produits laitiers.

À LIRE :   Vers une réouverture du club Fabric à Londres?
fromage-2

Ainsi, lors de la digestion d’un délicieux morceaux de Saint-Nectaire, se dégrade dans notre estomac de la caséine qui libère de la casomorphine. Une substance semblable aux opiacés qui active dans notre cerveau les récepteurs liés à la dépendance.

Les amoureux du fromage pourraient donc être accros. Nous, ça va pas nous empêcher d’en manger.

Publicités