Les cuites, c’est pas fait pour les asiatiques.

alcoolsyndrome

Les asiatiques ne vivent pas les cuites comme les autres…

Magistrale, épique, dossier, inoubliable, hardcore, amnésique.
Autant d’adjectifs utilisés par tes potes pour raconter ta cuite de samedi soir, que tristement toi seul a oubliée. Heureusement que nous sommes en 2016 et que tout le monde peut devenir le photographe d’un soir 😉 Les yeux rouges, les cheveux luisants et les tâches de transpiration sous les aisselles font de toi LE must have de la soirée, complètement arraché. C’est à ce moment là, quand tu demandes à ton pote de te montrer votre selfie que tu te dis très simplement « et merde. ». Pourtant, rassure-toi, certaines personnes subissent les effets de l’alcool avec une intensité largement supérieure à la tienne… C’est l’Asian Flush. Aussi appelé Asian Glow, ce syndrome consiste en des réactions corporelles inconfortables suite à l’ingestion d’une dose d’alcool. Près de la moitié de la population asiatique est touchée: 30% sont chinois, 40% sont japonais, et 26% coréens.

alcoolsyndrome

On passe en mode Fred et Jamy de C’est Pas Sorcier.
Normalement, le foie élimine une partie des 8 vodkas-RedBull que tu as bu samedi soir tandis que le reste peut passer par les poumons, les reins et la peau. Ton corps produit deux types d’enzymes dont le rôle est d’absorber et éliminer l’alcool mais l’organisme des personnes asiatiques souffrant de l’Asian Fluch en est dépourvu. En effet, l’ADH (alcool-déshydrogénase) transforme l’alcool en éthanal, qui ensuite est traité par l’ALDH2 (aldéhyde déshydrogéné 2) pour transformer l’éthanal en acide acétique. C’est ainsi que se déroule le cycle de vie de la vodka dans ton corps ! Magnifique n’est-ce pas ?

À LIRE :   Au calme avec la Mamie's & la Cracki Records

Malheureusement, les asiatiques touchés par le syndrome n’ont dans leur organisme qu’un de ces deux types d’enzymes, ce qui perturbe l’élimination de l’alcool.
Le corps se sent alors menacé : les vaisseaux sanguins se dilatent, les joues et les yeux rougissent tandis que le coeur commence à battre plus rapidement que d’habitude. Quelques individus ont les oreilles qui « chauffent », ou des plaques rouges allant de la poitrine au front alors qu’ils n’ont bu qu’une seule bière. Un shooter que tu bois équivaut à facilement 10 shooters pour eux, et du coup, sont bourrés vachement plus rapidement.

Images extraites de la vidéo « Is asian glow real? » par BuzzFeedBlue.

alcoolsyndrome
Avant avoir bu une bière
alcoolsyndrome
Après avoir bu une petite bière. Y’a une nette différence de teinte …

Pratique penses-tu ? Pas tant que ça. Rappelle-toi la phase latente où tu hésites entre danser pour éliminer l’alcool en trop, dormir dans un coin parce que t’es HS, ou aller faire un tour aux WC. C’est ce que les personnes souffrant de l’Asian Flush vivent.