Dans les squats londoniens des années Thatcher

Immersion avec les « oubliés » de Londres

Durant trois décennies, le photographe anglais Mark Cawson aka Smiler a documenté la vie souterraine londonienne. Une exploration dans les bas fonds de West London et King’s Cross. Il propose des clichés en noir et blanc de la jeunesse anglaise durement frappée par la crise et obligée de vivre dans des squats.

Les années 70 et 80 sont des décennies synonymes de crise pour la Grande-Bretagne. Le chômage est au plus haut et l’austérité touche une grande partie de la population. Durant cette période, de nombreux jeunes sont laissés pour compte. Mark Cawson décide alors de partir à leur rencontre, dans les squats londoniens. Observer la vie de ces gens ordinaires dont la vie prenait un tournant décisif.

squats Londres 4

Les clichés montrent qu’un grand nombre de jeunes fréquentaient les squats. Pas seulement par nécessité mais aussi pour y trouver une communauté soudée. Des étudiants y habitaient pour éviter les dépenses inutiles de « là haut » tandis que les toxicos et les prostitutées y trouvaient un refuge la journée.

À LIRE :   #RendsUnTitrePlusTriste, le hashtag d'humour noir tendance sur Twitter

Smiler parvient à saisir l’esprit communautaire qui anime les squatteurs autant que leurs expressions vides, leurs joies et leurs angoisses. Ce sont les portraits des parias de la société, des exclus et des différents. Ils cohabitent tous dans ces squats où se mélangent street art, musique, sexe, drogues et alcool. C’est également une époque de rébellion, celle des Clash, du DIY et des grèves générales dans les usines. Les photos de Smiler nous rappelle à quel point la vie ne tient qu’à un fil et qu’elle peut basculer au moment où on s’y attend le moins.

 

Squats Londres 2

 

squats Londres 5

 

squats Londres 6

 

squat londres 11

 

squat londres 22

 

squat londres XXX

 

 

 

 

 


dans "News"