Drones ou le tout sécuritaire

drones

Souriez, vous êtes filmés !

Bientôt, les trafiquants de drogue ne seront plus arrêtés par des policiers mais des drones. Sont-ils la nouvelle arme garantissant une sécurité optimale contre les dérives ? Fini les chiens fidèles des services de sécurité, leurs nouveaux compagnons sont les drones. Plus obéissant, moins risqué pour l’homme, plus pratique et efficace, c’est le nouveau joujou à la mode.

L’Anti-Drug and Smuggling Unit envisage de recourir aux drones pour traquer la drogue à l’île Maurice sur terre et mer. D’autres pays ont déjà recours aux petits bijoux de nouvelles technologies. Le Pakistan poursuit les bandits et terroristes dans les zones à haut risque. Au Brésil, les drones surveillent les foules aux abords des stades de football, les trains au Brésil et les braconniers en Afrique du Sud.

En France, la Brigade de recherches et d’interventions en a déjà fait usage lors d’opérations en 2014 et les utilise encore plus depuis l’application de l’Etat d’urgence. Pour l’Euro débutant le mois prochain à Paris, elle aura recours à des drones high-tech équipés de caméras HD et de capteurs thermiques pour missions de surveillance à basse altitude.

Comme toutes nouvelles inventions, un usage positif et négatif se dessinent. Les machines peuvent être intéressantes sur un plan humanitaire, pour secourir, livrer des médicaments…Cependant, la dérive peut vite arriver. Pourquoi ne pas envoyer des objets de guerre et continuer son trafic assis confortablement sur le canapé. La sécurité est dorénavant déléguée à des machines qui deviennent une excuse pour renforcer la surveillance de masse.

Leur utilisation dans la législation est encore très floue. Les survols de foule doivent obligatoirement être déclarés au préalable à la préfecture et les potentielles personnes filmées averties. Ce fut le cas lors du marathon de Paris. Le règlement indiquait aux participants la présence de drones les survolant. Néanmoins, les drones d’Etat ne sont pas soumises à cette règle qui bénéficient d’une dérogation et peuvent voler sans aucune contrainte.

Face à cette invasion de machines volantes, des hackers tentent déjà de reprendre le contrôle, des drones ou aigles en Hollande s’entraînent à chasser d’autres drones. Nouveau joujou positif ou négatif ?  le futur aura peut-être un goût de Star Wars au dessus de nos têtes. Affaire à suivre…

drones