Mes potes les serial killers

serial_killers2

Stéphane Bourgoin est un homme spécial

C’est un parcours particulier qui nous est donné à voir ici. En effet, Stéphane Bourgoin, écrivain français spécialisé dans les serial killers, n’est pas arrivé là par hasard.

En 1976, alors qu’il vivait à Los Angeles et était parti rencontrer des réalisateurs de séries B américaines, sa copine se fait violer, tuer et lacérer – super glauque. Deux ans plus tard, on apprendra que le meurtrier est aussi responsable de 10 autres assassinats. A cette époque, le terme de « serial killers » n’existe pas encore.

Le choc mêlé à la culpabilité le pousse à demander au policier chargé de l’enquête de voir le dossier du meurtrier. Et c’est à partir de là que tout a commencé.

Stéphane Bourgoin rencontre le tueur et de fil en aiguille, le policier lui propose de l’accompagner voir d’autres criminels. A partir de 1979, il est autorisé à rencontrer ces serial killers seul à seul et filme ses rencontres. Il devient alors ce qu’on appelle un « profiler » c’est-à-dire qu’il est chargé de réaliser des portraits psychologiques des personnes qu’il rencontre – criminels, malades mentaux et tout ce joli petit monde.

Rencontrer des criminels régulièrement n’est pas de tout repos, cela va de soit. Il se rappelle notamment d’une fois où un des meurtriers avec qui il s’entretenait s’est jeté sur lui et a tenté de le tuer. Ou encore de la fois où un autre lui a craché dessus pendant 3 jours avant d’accepter de le rencontrer. Bref, le relationnel c’est pas trop leur truc.

Mais le pire de tous reste quand même Gérard Schaefer, suspecté d’avoir commis 34 assassinats. « Dès l’instant où je me suis assis en face de lui, j’ai eu la chair de poule, ma colonne vertébrale qui s’est bloquée et une terreur qui a crû en moi. » Cette sensation, Stéphane Bourgoin l’explique difficilement mais ce que dégage le type a quelque chose de maléfique et complètement flippant.

Au total, ce sont 70 serial killers que le bonhomme a rencontré entre ses 25 et 62 ans. Son livre, Sexbeast, parut aux éditions Grasset, raconte ces rencontres hors du commun qui le fascinent. Il est vendu au prix de 19euros.

Quand on présume qu’1% à 2% de la population présente des caractéristiques de psychopathie, on se dit qu’il faut vraiment pas avoir le modjo pour en tomber sur un.

Source: society-magazine.fr

 

serial_killers1 serial_killers