Urbex : les dessous de la Petite Ceinture

petite ceinture

La Petite Ceinture, ce spot d’urbex parisien incontournable

Comme on sait que tu aimes l’urbex, on te parle souvent des spots les plus fous qu’on puisse trouver un peu partout dans le monde entier. On t’a déjà emmené en Australie, au Canada, à Hong Kong, mais aussi à Détroit. On était même allés checker ce qui se passe en région parisienne du côté des lieux abandonnés.

Pour info, l’urbex (de l’anglais « urban exploration ») est une discipline qui consiste à partir à la recherche de lieux abandonnés ou, en tout cas, fermés au public, pour les visiter. Ces bâtiments ou autres installations humaines ne sont pas accessibles au public parce que vétustes, et plus ou moins dangereux pour ceux qui osent s’y aventurer.

Cette fois-ci, on s’est dit que ce serait peut-être pas mal qu’on fasse un petit focus sur un endroit totalement incontournable, surtout pour les amateurs d’exploration urbaine habitant à Paris : la Petite Ceinture.

 

petite ceinture

Ce lieu est en fait une ancienne voie de chemin de fer, dessinant les contours de la ville de Paris intra-muros, sur 32 km de long. Avec l’expansion grandissante des lignes de métro dans les années 1930, la Petite Ceinture a commencé peu à peu à être désaffectée en 1934, après avoir été ouverte au trafic de marchandise, puis destinée à transporter des voyageurs, bien que l’une des lignes faisant partie de ce réseau soit restée ouverte jusqu’aux années 1980.

L’accès des piétons à la Petite Ceinture est interdit, mais cette condamnation n’empêche pas bon nombre de curieux, explorateurs ou graffeurs, de s’y aventurer en passant par les diverses entrées possibles qui mènent à la voie ferrée, quand bien même pas mal d’accès ont été murés ou grillagés.

Voici un petit aperçu de ce à quoi ressemble ce spot, en photos.

petite ceinture petite ceinture petite ceinture petite ceinture petite ceinture