On vous raconte les pires histoires d’Airbnb

 airbnb meme

Louer pour pas cher partout, on adhère tous, jusqu’à ce que ça dérape.

Des histoires d’Airbnb, il y en a des très biens, de belles rencontres, de chouettes voyages… Mais il y a aussi toutes ces mauvaises aventures qui gâchent un peu (beaucoup) le packaging global. Du coup, on a regroupé les pires histoires d’Airbnb afin d’analyser à quel point l’humanité est tarée. Et que l’équipe Confiance et Sécurité d’Airbnb a ses limites.

  • Le coup de Big Browser 

    Une jeune allemande loue un appartement en Californie pour un mois et, (surprise!) découvre une caméra dans l’appartement, cachée derrière des bougies.  Il faut savoir que la jeune femme a séjourné dans l’appartement avec son petit ami et se serait baladée nue. Une vidéo sympa quoi. Après cette histoire et bien d’autres du même style, Airbnb a quand même décidé de demander aux hôtes de dire aux locataires quand la maison est mise sous surveillance vidéo, ou si des dispositifs audiovisuels sont mis en place dans les appartements.

airbnb
  • Le coup de la coke sur la table basse – 

    C’est l’affaire qui a défrayé la chronique ces derniers jours. Un couple récemment marié s’est rendu dans une maison de Montréal trouvée sur AirBnb. Ils en louaient la moitié, le couple de propriétaires occupant l’autre moitié. Pour leur nuit de noces, les colocs d’un soir ont eu le plaisir d’entendre les proprios prendre de la drogue, sniffer de la coke sur la table basse et s’envoyer en l’air sur le canap. Bon, il y a eu un mot d’excuses le lendemain, mais quand même, ils auraient pu partager la poudre.

 

  • Le coup de l’agression sexuelle, quand même

    Ça aurait été étonnant de ne pas voir apparaître cette catégorie. Évidemment il y a eu plusieurs histoires sur le sujet. Par exemple cet Allemand qui faisait croire sur le site AirBnb qu’il habitait avec sa copine, ce qui rassurait beaucoup de jeunes femmes seules en voyage. Les locataires échangeaient d’ailleurs avec la « copine » avant d’arriver, jusqu’à ce qu’il explique qu’elle avait du partir. On vous laisse imaginer la suite, ou pas.

 

  • Le coup de la salle de shots 

    Certaines fois, ce ne sont pas les locataires, mais les hôtes qui ont de mauvaises surprises ! Un Parisien avait mis en location son appartement pour plusieurs semaines à cause de problèmes financiers. Après des plaintes du syndicat de l’immeuble, il s’est rendu chez lui pour découvrir que son logement était squatté par plusieurs personnes qu’il ne connaissait pas, et qui se servait de son appart comme salle de shots. Entre les tâches de sang de partout, les vomis dans le hall de l’immeuble, la réparation de l’ascenseur de l’immeuble et autres destructions, le propriétaire en a eu pour 3.600 euros de réparations.

 

  • Le coup de la grosse teuf qui saccage tout 

    Pas mal d’histoires sur le sujet ont émergé après le Nouvel An. Le principe est assez simple : quelqu’un loue votre maison le temps du weekend du nouvel an, et les voisins, les flics et le Samu vous appellent autour de 2h du mat pour vous dire qu’on a tenté de reproduire Projet X dans votre baraque. Cette personne en est un parfait exemple.

 

À LIRE :   Gary McKinnon : L'homme qui en savait trop